«Ce monde fantastique, c’est un programme conçu comme un miroir tendu à notre univers, peuplé d’une poésie énigmatique, à la fois monde de légendes, de légèreté, mais aussi de profondeur métaphysique.» Jean-Baptiste Doulcet rend hommage à la littérature fantastique qui imprègne le répertoire romantique en associant Schumann, Liszt, et sa propre composition inspirée par un poème de John Keats, porte ouverte vers un langage incertain et poétique.