Abdel Rahman El Bacha

Piano
Biographie

« Abdel Rahman el Bacha possède au suprême degré l’art d’atteindre l’essentiel, donc de révéler la colonne vertébrale du style d’un compositeur puis les innervations partant de cet « arbre » central et irriguant son évolution. » Sylviane Falcinelli

Né à Beyrouth dans une famille de musiciens, Abdel Rahman El Bacha commence à étudier le piano en 1967 avec Zvart Sarkissian, un élève de Marguerite Long et Jacques Février. À 10 ans, il donne son premier concert avec orchestre. En 1973, Claudio Arrau lui prédit une grande carrière et en 1974, la France, l’Union Soviétique et l’Angleterre lui offrent une bourse d’études. Il choisit la France par affinité culturelle et entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dans la classe de Pierre Sancan. Il y obtient quatre Premiers Prix (piano, musique de chambre, harmonie et contrepoint). En juin 1978, il remporte le prestigieux concours Reine élisabeth de Belgique à l’unanimité, ainsi que le prix du Public ; il a alors 19 ans.

Depuis, il est sollicité par la scène internationale et considéré comme l’un des plus grands maîtres du piano. Du Mozarteum de Salzbourg au Théâtre des Champs élysées à Paris, du Concertgebouw d’Amsterdam à la Herkulessaal de Munich, Abdel Rahman El Bacha se produit dans l’Europe entière, en Russie, au Japon, en Amérique du Nord, Centrale et du Sud et au Moyen-Orient.

Son répertoire étendu, riche d’une soixantaine de concertos, est principalement axé sur des œuvres de Bach, Mozart, Beethoven, Schubert, Chopin, Schumann, Rachmaninov, Ravel et Prokofiev. De très grands chefs le dirigent à la tête de prestigieuses formations telles que l’Orchestre Philharmonique de Berlin, le Royal Philharmonic Orchestra, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre Gulbenkian, le NHK Tokyo, l’Orchestre de la Suisse Romande…

Sa discographie est importante : il reçoit en 1983, de la part de Mme Serge Prokofiev en personne, le Grand Prix de l’Académie Charles Cros pour les Premières Œuvres de Prokofiev parues chez Forlane. Pour ce même label, il grave des concertos de Bach, les concertos de Ravel, des œuvres de Schumann, Ravel, Schubert et Rachmaninov. L’intégrale des 32 sonates de Beethoven, saluée par la presse comme un « événement majeur », lui vaut un immense succès, tant pour le disque qu’en concert. De Chopin, il enregistre l’intégrale de l’œuvre pour piano seul en douze CDs par ordre chronologique, et les œuvres pour piano et orchestre en deux CDs avec l’Orchestre de Bretagne dirigé par Stefan Sanderling.

C’est à Nantes, puis au festival de La Roque d’Anthéron, à Bruxelles, Avignon, Sintra (Portugal), etc., qu’Abdel Rahman El Bacha remporte un succès triomphal en donnant cette intégrale de l’œuvre pour piano seul de Chopin par ordre chronologique, comme pour un disque, pendant six jours consécutifs.                                                                                                                         

En 2005, paraissent chez Fuga Libera les cinq concertos de Prokofiev enregistrés en public avec l'Orchestre de la Monnaie sous la direction de Kazushi Ono. Toujours en 2005 paraissent les 24 Préludes de Rachmaninov chez Forlane. Son enregistrement dédié à la musique russe chez Triton est publié en 2007. Les Concertos n°1 et n°2 de Saint-Saëns avec l’Orchestre de Picardie sous la direction de Pascal Verrot paraissent chez Calliope en 2008 et l’intégrale des œuvres pour piano seul de Ravel en 2010 chez Triton, distribution Integral Classic.

Abdel Rahman El Bacha, qui possède depuis 1981 la double nationalité franco-libanaise, est également compositeur. En 1998, le ministre de la Culture de la République Française lui a décerné le titre de Chevalier des Arts et des Lettres et en 2002, le président de la République Libanaise lui a remis la Médaille de l’Ordre du mérite, la plus haute décoration de son pays natal.

Discographie
Galerie