De Falla - El Amor Brujo

Musique vocale - Orchestre

MIR034

Antonia Contreras, cante / flamenco

Chantal Perraud, soprano - "Le Truchement"

Jérôme Correas, baryton - "Don Quichotte"

Eric Huchet, ténor - "Maître Pierre"

Marie-Joseph Jude, piano - Céline Frisch, clavecin

 

El Amour Brujo - Fantasia Baetica - El Retablo de Maese Pedro

Consulter la Tracklist
Disque 1
  • El Amor Brujo - L’Amour Sorcier (1ère Version 1915)
  • Cuadro primero
  • 1 Introducción y Escena 2'48
  • 2 Canción del amor dolido 1'31
  • 3 Sortilegio 0'54
  • 4 Danza del fin del día (Danza ritual del fuego) 4'05
  • 5 Escena (El amor vulgar) 1'08
  • 6 Romance del pescador 1'57
  • 7 Intermedio (Pantomima) 4'27
  • Cuadro segundo
  • 8 Introducción (El Fuego fatuo) 1'03
  • 9 Escena (El terror) 1'12
  • 10 Danza del Fuego fatuo (Danza del terror) 1'52
  • 11 Interludio (Alucinaciones) 1'43
  • 12 Canción del Fuego fatuo 2'22
  • 13 Conjuro para reconquistar el amor perdido 2'48
  • 14 Escena (El amor popular) 0'57
  • 15 Danza y canción de la bruja fingida 4'12
  • 16 Final (las campanas del amanecer) 1'21
  • 17 Fantasía Bætica - Fantasie Bétique 13'38
  • El Retablo de Maese Pedro - Les Tréteaux de Maître Pierre
  • 18 El pregón 0'54
  • 19 La sinfonía de Maese Pedro 3'10
  • 20 Cuadro I – La Corte de Carlo Magno 2'07
  • 21 Entrada de Carlo Magno 3'21
  • 22 Cuadro II – Melisendra 4'15
  • 23 Cuadro III – El suplicio del Moro 1'19
  • 24 Cuadro IV – Los Pirineos - Cuadro V – La fuga Cuadro VI – la persución 6'46
  • 25 Final 5'29
Total 75'19
Albums du même artiste
Albums du même compositeur
Presse

« Direction imagée, dramatique et subtil à la fois, perfection des canciones de Candella – Antonia Contreras, dans son sortilège pour retrouver son amant perdu, atteint au surnaturel. - Ticket gagnant, qui révèle en Jean-François Heisser un chef assez flamboyant, bien dans la cambrure de cette musique. » Jean-Charles Hoffelé

DIAPASON, Mai 2007

« Avec Jean François Heisser, les deux partitions sont restituées pleinement dans leur contexte, à la charnière des XIXe et XXe siècles, époque où les écoles nationales s’interpénètrent, dans ce melting-pot culturel qu’est devenu Paris : là où les Français dessinent un continent ibérique imaginaire. Comme à l’origine, le chef d’orchestre a confié la partition à une chanteuse de flamenco, la bouillonnante Antonia Contreras, dont le timbre âpre et coloré fait merveille – ah ! la saveuir incomparabel et la sonorité grave et puissante des chansons D’un cœur brisé et Du Feu Follet. Les Tréteaux retrouvent un naturel, une force, une puissance d’évocation grâce à ses interprètes, des chanteurs Jérôme Correas, Chatnal Perraud et Eric Huchet, à la claveciniste Céline Frisch, en passant par chaque membre de l’Orchestre Poitou Charentes. Cette réussite  magique éclipse sans peine les versions discographiques désormais trop sages, de Josep Pons, avec Ginesa Ortega et l’Orchestre de chambre du Théâtre de Lliure de Barcelone, et Juan de Udaeta, avec Carmen Mendoza et le Jeune Orchestre d’Andalousie. ». Franck Mallet

Classica Répertoire, Avril 2007