Buxtehude / Sonates & Reinken / Hortus Musicus

Musique baroque

MIR074

Stéphan Dudermel, violon - Simon Heyerick, violon

Florence Bolton, viole de gambe

Angélique Mauillon, harpe triple

Bertrand Cuiller, clavecin & orgue - Emmanuel Mandrin, orgue

Benjamin Perrot, théorbe & direction

 

Reincken à Hamburg et Buxtehude à Lübeck ont dominé pendant une quarantaine d’années la vie musicale en Allemagne du Nord. Leur musique instrumentale pour violons, viole et basse continue est un modèle de cet art des contrastes et des surprises qu’est le stylus phantasticus, défini par Mattheson comme un art de la fantaisie et de la liberté, de la rhétorique et de la vocalité.

 

 

Consulter la Tracklist
Disque 1
  • Johann Adam Reinken - Hortus Musicus IV d-moll
  • 1 Sonata 16ta 6’33
  • 2 Allemand 17ma 2’07
  • 3 Courant 18va 2’03
  • 4 Saraband 19na 2’29
  • 5 Gigue 20ma 4’08
  • Dietrich Buxtehude - Sonata in G BuxWV 271
  • 6 Allegro 2’23
  • 7 Solo : Adagio – Allegro – Allegro / Adagio a 3 2’29
  • 8 Allegro 2’18
  • 9 Solo : Adagio – Allegro 1’25
  • 10 Allegro 1’36
  • Dietrich Buxtehude - Sonata in C BuxWV 266
  • 11 Adagio – Allegro – Adagio 2’57
  • 12 Solo – Allegro 1’43
  • 13 Adagio – Allegro – Adagio – Presto – Adagio – Lento 3’57
  • 14 Dietrich Buxtehude - Ciacona c-moll BuxWV 159 (Arrangement pour 2 orgues) 5’48
  • Johann Adam Reinken Hortus Musicus I a-moll
  • 15 Sonata 1ma 6‘10
  • 16 Allemand 2da 3‘18
  • 17 Courant 3tia 2’17
  • 18 Saraband 4ta 1’31
  • 19 Gigue 5ta 2‘57
  • Dietrich Buxtehude Sonata in F BuxWV 269
  • 20 [Allegro] 1’49
  • 21 Solo – Allegro 1’16
  • 22 Solo – Allegro 2’06
  • 23 Solo 1’49
  • 24 [Adagio] a 3 – Allegro 1’44
Total 65'28
Albums du même artiste
Albums du même compositeur
Presse

« Ce disque montre avant tout combien Buxtehude et Reinken dominèrent ce style [Le Stylus Phantasticus]. Il en va de même pour la Rêveuse. Loin de multiplier foucades et fausse liberté, cet ensemble a trouvé le profond équilibre musical et le raffinement rhétorique que recèlent ces musiques indispensables. »  Franck Langlois

Le Monde de la Musique, Mars 2009

« L'éloquence volubile des instrumentistes de La Rêveuse fait merveille. Leur entente et leur complicité font toute la saveur du présent album: une oeuvre en sensibilité collective et dialoguée qui penche souvent vers l'enchantement. C'est pour nous l'un des ensembles français les plus captivants de l'heure : défricheurs dans les répertoires abordés, magiciens diseurs, entre rhétorique et souplesse du geste. Superbe réalisation. »  Benjamin Ballifh 

classicnews.com, Février 2009

« La Rêveuse s'est pleinement appropriée ce langage si particulier, en en rendant à la fois la liberté et l’austérité, l’irrégularité et la rigueur. On perçoit pleinement le contrepoint sans jamais une once d'aridité, tandis que l'orchestre se laisse emporter par l’expressivité sans perdre de vue la profondeur intellectuelle des pièces. Pour cela, la Rêveuse déploie son art du son, point fort de l'enregistrement. Dès les premières secondes, on est frappé par ces sonorités riches et opulentes, bien éloignées de la sécheresse qu’on nous sert trop souvent dans ce répertoire. C’est au final un sentiment de plénitude accomplie qui émane de ce disque enchanteur, tant et si bien qu'on attend avec impatience que toutes ces qualités soient désormais mises au service de la musique française du Grand Siècle à laquelle l’ensemble a emprunté son nom et qu'elle défend déjà si bien en concert. » Loïc Chahine

musebaroque.fr, Mars 2009