La tyrannie du court terme. Tocqueville et la nature de la démocratie, Paris, Fayard, 1982. » Tocqueville cherche à confronter cette ville à l’observation de la société américaine qui présente à ses yeux des particularités qu’aucune société européenne ne peut alors offrir. RAYMOND ARON. ... La justice forme donc la borne du droit de chaque peuple. Aucun écrivain ne peut échapper à cette obligation d’encenser ses concitoyens. de société démocratique. Le vocabulaire de Tocqueville Anne Amiel. Quelque inique ou déraisonnable que soit la mesure qui vous frappe, il faut donc vous y soumettre. Quand donc je refuse d’obéir à une loi injuste, je ne dénie point à la majorité le droit de commander ; j’en appelle seulement de la souveraineté du peuple à la souveraineté du genre humain. C’est une généralisation de « l’esprit de cour » à laquelle on assiste dans une démocratie, celui-ci pénétrant les différentes classes sociales. Ce que je reproche le plus au gouvernement démocratique, tel qu’on l’a organisé aux États-Unis, ce n’est pas, comme beaucoup de gens le prétendent en Europe, sa faiblesse, mais au contraire sa force irrésistible. Publié en 1835, on trouve dans cet ouvrage des réflexions sur la nature et les dangers d’une démocratie, et une comparaison entre les systèmes politiques des pays européens et celui des Etats-Unis. Pages: 62 / 60. Ce qui n'était point ridicule, mais réellement sinistre et terrible, c'était l'a. La chose est nouvelle, il faut donc tacher de la définir, puisque je ne peux la nommer. Diapo 5 Alexis de Tocqueville entreprend un voyage aux Etats-Unis entre 1830 et 1832, dont il tire un ouvrage en deux tomes, C’est par ces lignes qu’Alexis de Tocqueville concluait en 1840, dans la Revue des Deux Mondes, son article « Des révolutions dans les sociétés nouvelles », un extrait en avant-première du second tome de De la démocratie en Amérique. il représente la majorité et lui obéit aveuglément; au pouvoir exécutif ? C'est par le mauvais emploi de leur puissance, et non par impuissance, que les républiques démocratiques sont exposées à périr. Il n’y a donc pas sur la terre d’autorité si respectable en elle-même, ou revêtue d’un droit si sacré, que je voulusse laisser agir sans contrôle et dominer sans obstacles. Alors que la tyrannie peut s’exercer au moyen de la loi même, auquel cas, elle n’est pas arbitraire. De la démocratie en Amérique - Alexis de Tocqueville (1840) - Le concept de tyrannie de la majorité; Les partis politiques - Maurice Duverger (1651) - Les dynamiques partisanes; Les aides aux tournages en Europe et en Amérique du Nord : une guerre pour augmenter l'attractivité du … » Tocqueville part d’un constat initial et paradoxal: le vœu majoritaire est à respec-ter dans le jeu démocratique mais il a des effets pervers redoutables qui se retournent 3. Je cherche en vain moi-même une expression qui reproduise exactement l'idée que je m'en forme et la renferme ; les anciens mots de despotisme et de tyrannie ne conviennent point. Son exercice me paraît au-dessus des forces de l’homme, quel qu’il soit, et je ne vois que Dieu qui puisse sans danger être tout-puissant, parce que sa sagesse et sa justice sont toujours égales à son pouvoir. La société du Nord- Est des USA constitue une expérience à peu près unique de société démocratique, une expérience quasiment à … Penser la démocratie pour éviter ses écueils : Alexis de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie *** JALON *** 2. Découvrez sur decitre.fr Tyrannie de la majorité par Alexis de Tocqueville - Collection Carnets de l'Herne - Librairie Decitre C’est elle qui forme la majorité. Lorsqu’un homme ou un parti souffre d’une injustice aux États-Unis, à qui voulez- vous qu’il s’adresse ? Je pense donc qu’il faut toujours placer quelque part un pouvoir social supérieur à tous les autres. Cela vient principalement de ces causes-ci: L'égalité fait prédominer l'amour des jouissances de ce monde. À l’opinion publique ? C) L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? Aux États-Unis, un modèle démocratique original 2. La justice forme donc la borne du droit de chaque peuple. Ce que je reproche le plus au gouvernement démocratique, tel qu’on l’a organisé aux États-Unis, ce n’est pas, comme beaucoup de gens le prétendent en Europe, sa faiblesse, mais au contraire sa force irrésistible. Tocqueville cherche à travers des observations minutieuses sur le terrain et des recherches historiques à dégager les caractéristiques fondamentales de cette forme de société ainsi que ses limites. CRISES ET FIN DE LA DÉMOCRATIE : LE CHILI DE 1970 À 1973 1. il est nommé par la majorité et lui sert d’instrument passif; à la force publique ? Il n’y a donc pas sur la terre d’autorité si respectable en elle-même, ou revêtue d’un droit si sacré, que je voulusse laisser agir sans contrôle et dominer sans obstacles. Supposez, au contraire, un corps législatif composé de telle manière qu’il représente la majorité, sans être nécessairement l’esclave de ses passions ; un pouvoir exécutif qui ait une force qui lui soit propre, et une puissance judiciaire indépendante des deux autres pouvoirs ; vous aurez encore un gouvernement démocratique, mais il n’y aura presque plus de chances pour la tyrannie. Une analyse politique) : Tocqueville, De la démocratie en Amérique. Une si douce tyrannie : l'implacable vision d'Alexis de Tocqueville Je pense que l'espèce d'oppression, dont les peuples démocratiques sont menacés ne ressemblera à rien de ce qui l'a précédée dans le monde ; nos contemporains ne sauraient en trouver l'image dans leurs souvenirs. Dans le chapitre « L'Acropole géométrique et archaïque » : [] On ignore comment cette Acropole mycénienne, capitale d'une petite principauté, périclita entre 1200 et 1000. Suivre le fil du texte, éclairer les obscurités, en extraire la quintessence, voici un travail d’alchimiste ! A. L’INQUIÉTUDE DE TOCQUEVILLE : DE LA DÉMOCRATIE À LA TYRANNIE ? Sélections d’écrits de Tocqueville pour les travailler avec les élèves (en lien avec le thème de l’axe travaillé : L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? Il vise à présenter de manière claire et pédagogique, les ouvrages des grands auteurs. » Alexis de Tocqueville (1805 – 1859) refuse cette conception de la volonté générale que l’on trouve dans le Contrat social (1762) de Rousseau (1712 – 1778). de société démocratique. Juriste et penseur politique français, 1805-1859. même de Tocqueville, dans sa surprise de voir qu'aux Etats-Unis la reli­ gion était un soutien indirect de la démocratie, alors qu'en France elle paraissait en être l'ennemie (5). Aux États-Unis, un modèle démocratique original 2. Il est nommé par la majorité. Mais c’est là un langage d’esclave. A. L’INQUIÉTUDE DE TOCQUEVILLE : DE LA DÉMOCRATIE À LA TYRANNIE ? Histoire d'une idée politique", de Corey Robin, et quelques pistes pour en éclairer la lecture. ... La justice forme donc la borne du droit de chaque peuple. « Quiconque refusera d’obéir à la volonté générale y sera contraint par tout le corps : ce qui ne signifie autre chose sinon qu’on le forcera d’être libre. 1 Les références des citations sont disponibles dans l'ouvrage Philosophie 2.0, Plan de site - Mentions légales - Contact. On trouve sur ce thème ce passage célèbre de la Démocrate en Amérique : Lorsqu’un homme ou un parti souffre d’une injustice, aux Etats-Unis, à qui voulez-vous qu’il s’adresse ? Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Elle n’est autre chose que la majorité sous les armes …. ISBN 13: 9782729808990. Il note que c’est l’égalité et non la liberté qui constitue le caractère distinctif des démocraties modernes et que la tendance à l’égalisation des conditions comporte un … - Crises et fin de la démocratie : le Chili de 1970 à 1973. Une analyse politique (3 heures) Dans ce premier point, on repose l’un des deux enjeux centraux du thème : la fragilité des démocraties au travers de l’« inquiétude » de Tocqueville. Claude Lefort 1 Autant le dire d’emblée, le terme de « tocquevillisme » suscite une interrogation sur ce qu’il prétend recouvrir ou organiser. ISBN: 272980899X. - L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? - L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? La pensée de Tocqueville se cherche dans le dialogue Alexis de Tocqueville est né le 11 thermidor an XIII, soit le 29 juillet 1805. C) L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? Une analyse politique (p. 60-61) Alexis de Tocqueville (1805-1859) se fait connaître, après un séjour aux États-Unis, par ses réflexions sur la démocratie américaine et sur les rapports entre liberté et égalité. Document 4 : Que le plus grand danger des républiques américaines vient de l'omnipotence de la majorité. Le pire ennemi de la démocratie n’est pas la dictature, ni la vidéo-surveillance, ni la NSA. - D’un régime autoritaire à la démocratie : le Portugal et l’Espagne de 1974 à 1982. Tandis que dans une démocratie, la majorité exerce également une emprise sur les moeurs et les opinions : on est poussé, en notre propre for intérieur, à penser comme les autres : un roi n’a qu’une puissance matérielle qui agit sur les actions et ne saurait atteindre les volontés, mais la majorité est revêtue d’une force toute à la fois matérielle et morale, qui agit sur la volonté autant que sur les actions, et qui empêche en même temps le fait et le désir de faire. c’est elle qui forme la majorité; au corps législatif ? 338 citations de Alexis de Tocqueville. Une analyse politique) : Tocqueville, De la démocratie en Amérique. le jury, c’est la majorité revêtue du droit de prononcer des arrêts: les juges eux-mêmes, dans certains États, sont élus par la majorité. Cette tyrannie de la majorité provient de la souveraineté absolue du peuple, qui lui donne, croit-il, « le droit de tout faire » (citations de Tocqueville) , la croyance en son omnipotence. Il y a des gens qui n’ont pas craint de dire qu’un peuple, dans les objets qui n’intéressaient que lui-même, ne pouvait sortir entièrement des limites de la justice et de la raison, et qu’ainsi on ne devait pas craindre de donner tout pouvoir à la majorité qui le représente. Le stade ultime de l’État-providence, c'est l'égalitarisme, le populisme et la confiscation du pouvoir par une technocratie d’État. Language: french. même de Tocqueville, dans sa surprise de voir qu'aux Etats-Unis la reli­ gion était un soutien indirect de la démocratie, alors qu'en France elle paraissait en être l'ennemie (5). La chose est nouvelle, il faut donc tacher de la définir, puisque je ne peux la nommer. Si l'on prend acte de la violence avec laquelle certains Français critiquent les idéaux libéraux, on ne peut manquer de se dire que la démocratie ne va pas nécessairement avec l'amour de la liberté.Ce que Tocqueville avait anticipé avec la possibilité d'un despotisme démocratique résultant de la passion égalitariste. La majorité vit donc dans une perpétuelle adoration d’elle-même. Et ce qui me répugne le plus en Amérique, ce n’est pas l’extrême liberté qui y règne, c’est le peu de garantie qu’on y trouve contre la tyrannie. Cette tyrannie de la majorité peut ainsi amener à une uniformisation des esprits : on croirait au premier abord qu’en Amérique, les esprits ont tous été formés sur le même modèle. par André Lacroix, du cégep du Vieux Montréal. C’est pourquoi, afin que les minorités ne soient pas mises au pas, forcés au conformisme et à la bien-pensance, il faut ériger un obstacle à cette toute-puissance. Tyrannie de la Majorité ... Un écrit magistral sur la tyrannie et le servilisme que la démocratie (c'est-à-dire la tyrannie de la majorité) entraîne partout et auprès de tout le monde. rare, de leur libre arbitre, n'empêchera pas qu'ils ne perdent peu à peu la faculté de penser, de sentir et d'agir par eux-mêmes, et qu'ils ne tombent ainsi graduellement au-dessous du niveau de l'humanité. Tocqueville cherche à travers des observations minutieuses sur le terrain et des recherches historiques à dégager les caractéristiques fondamentales de cette forme de société ainsi que ses limites. Mis à jour 19/03/2020. Alexis de Tocqueville. Year: 2002. De la démocratie en Amérique, d’Alexis de Tocqueville : la démocratie en question B. Bien entendu, les élèves peuvent directement utiliser le texte ci-dessous. En effet, à travers le processus qu'il analyse, Tocqueville propose une grille de … Sont-ils devenus plus patients dans les obstacles en devenant plus forts ? Send-to-Kindle or Email . Le pire n’est pas certain, mais de nombreuses tendances aisément observables révèlent, comme le montre ici Gabriel Salerno (p. 61-79), que l’effondrement est possible. Je pense donc qu’il faut toujours placer quelque part un pouvoir social supérieur à tous les autres, mais je crois la liberté en péril lorsque ce pouvoir ne trouve devant lui aucun obstacle qui puisse retenir sa marche et lui donner le temps de se modérer lui-même. C) L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, IV, 6, 1840 Premier écueil : la tyrannie de la majorité Tocqueville s’en inquiète : les conséquences de cet état de choses sont funestes et dangereuses pour l’avenir 1. Alexis De Tocqueville, philosophe du XIXème siècle, est le penseur de la démocratie moderne, au sens de démocratie représentative (au contraire de démocratie directe) dans des Etats vastes et multi-culturels. Locke distingue deux notions que l’on confond parfois : l’arbitraire et la tyrannie. Alexis de Tocqueville a écrit deux grands livres : De la démocratie en Amérique et L'Ancien Régime et la Révolution. Qu’est-ce donc qu’une majorité prise collectivement, sinon un individu qui a des opinions et le plus souvent des intérêts contraires à un autre individu qu’on nomme la minorité ? 1 Cela ne signifie évidemment pas, tout au contraire, que la question n’ait pas été au cœur de la pensée politique médiévale. Objet de travail conclusif L’Union européenne et la démocratie Jalons Tocqueville considère que la démocratisation de la société peut y affaiblir le goût de la liberté et faire le lit de la tyrannie. CRISES ET FIN DE LA DÉMOCRATIE : LE CHILI DE 1970 À 1973 1. Une analyse politique. 1974-1982 : Le Portugal et l’Espagne : deux pays qui réussissent leur transition démocratique *** JALON *** 3. De la démocratie en Amérique, d’Alexis de Tocqueville : la démocratie en question B. Une analyse politique (3 heures) Dans ce premier point, on repose l’un des deux enjeux centraux du thème : la fragilité des démocraties au travers de l’« inquiétude » de Tocqueville. Lors de son voyage aux Etats-Unis, il a pu décrire la démocratie naissante. - D’un régime autoritaire à la démocratie : le Portugal et l’Espagne de 1974 à 1982. L’inquiétude de Tocqueville: de la démocratie à la tyrannie? A. L’INQUIÉTUDE DE TOCQUEVILLE : DE LA DÉMOCRATIE À LA TYRANNIE ? Issus d'une interrogation unique, ces livres aboutissent aux portraits de deux nations, profondément autres bien que vouées, en un sens, au même destin. Cadrage : Les fiches de ressources d’Eduscol présentent ainsi les attentes de ce premier jalon : « L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? UNE ANALYSE POLITIQUE 1. Proposition de plan et volume horaire de l’axe 2 : I- L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? Disciple de Montesquieu, Tocqueville se demande quelle doit être la vertu des citoyens pour que la démocratie ne se pervertisse pas. Une nation est comme un jury chargé de représenter la société universelle et d’appliquer la justice qui est sa loi. Proposition de plan et volume horaire de l’axe 2 : I- L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? C) L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? Rapport d’Alexis de Tocqueville à l’Académie des sciences morales et politiques sur l’ouvrage De la démocratie en Suisse de M. Cherbuliez (15 janvier 1848). LES LEÇONS DE TOCQUEVILLE: LA NOTION DE « TYRANNIE DE LA MAJORITÉ. Il faut que le pouvoir législatif représente avec distance la majorité et que d’autre part les pouvoirs exécutif et judiciaire aient une force qui leur soit propre. A la force publique ? Sélections d’écrits de Tocqueville pour les travailler avec les élèves (en lien avec le thème de l’axe travaillé : L’inquiétude de Tocqueville : de la démocratie à la tyrannie ? Pour Tocqueville, ce n’est pas nécessairement le cas. L’auteur remarque que le despotisme s’est ainsi perfectionné : auparavant, il frappait les corps pour essayer d’atteindre l’âme, à présent, il laisse le corps et va droit à l’âme. Une analyse politique. Quels futurs possibles à l’heure de l’anthropocène ... L’auteur oppose l’inquiétude collective concernant l’avenir et la tendance commune à suivre le simple cours de sa vie. Une chose est sûre : la toute-puissance, de quelque acteur social que ce soit, est toujours chose dangereuse, pour Tocqueville à l’exception de celle de Dieu, car sa bonté et sa sagesse sont proportionnées à celle-ci. Publisher: Ellipses Marketing. La toute-puissance me semble en soi une chose mauvaise et dangereuse. Aristocrate français né à Paris, en 1805, Alexis de Tocqueville est issu d'une famille ultra-royaliste partiellement décimée par la Terreur qui suivit la Révolution française de 1789. La toute-puissance me semble en soi une chose mauvaise et dangereuse. Pour éviter cela, il existe néanmoins des parades. Preview. Lors donc que je vois accorder le droit et la faculté de tout faire à une puissance quelconque, qu’on l’appelle peuple ou roi, démocratie ou aristocratie, qu’on l’exerce dans une monarchie ou dans une république, je dis: là est le germe de la tyrannie, et je cherche à aller vivre sous d’autres lois. Le pire ennemi de la démocratie, c’est la cinquième colonne que constituent les personnages de son rêve quand elle dort les yeux ouverts, et qu’elle prend pour un sursaut ce qui relève d’une reddition. CRISES ET FIN DE LA DÉMOCRATIE: LE CHILI DE 1970 À 1973 ... La démocratie est tout à la fois une forme de … Pour conjurer ce risque la lecture de Tocqueville pourrait s’avérer indis-pensable. Alexis de Tocqueville. Qu’est-ce donc qu’une majorité prise collectivement, sinon un individu qui a des opinions et le plus souvent des intérêts contraires à un autre individu qu’on nomme. RAYMOND ARON. Cette loi, c’est la justice. il représente la majorité et lui obéit aveuglément ; au pouvoir exécutif ?