Ce long poème de, plus de 400 vers semble plutôt un commentaire sur l’œuvre de Francesco, Mazzola, dit le Parmesan, « Il Parmigianinno », peinte il y a environ quatre, siècles, vers 1520. près ces quelques mois où il s’avérait plus que problématique de s’approvisionner – en livres, côté whisky, pas de problème, le privé pouvait continuer, en chambre, ses investigations –, le temps est venu de refaire quelques virées dans les librairies afin de satisfaire notre appétit de lectures fraîches (mais n’y trouvant pas forcément ce qu’on a projeté d’acquérir – nombre de nouveautés étant souvent absentes des tables). Le recours au miroir permet une construction plus élaborée que dans un "simple" autoportrait où l'on ne voit pas de miroir ce qui est le cas le plus fréquent (Poussin, Van Gogh, etc). un autoportrait est un portrait qu'un artiste Il se fait.. Pratiquement inconnu 'art ancien, le genre est allé s'établir dans la période médiéval, pour atteindre la dignité artistique pleine Renaissance, grâce principalement aux peintres italiens et l'Europe du Nord. : le Prix Pulitzer, la National Book Award et la National Book Critics Circle Award. (1975), un de ses livres majeurs, a été notamment couronné par le Prix Pulitzer. Le Parmesan – Autoportrait dans un miroir convexe – vers 1524. « …des choses ainsiSont bien menées à terme, mais jamais les chosesQue nous entendions accomplir et voulions à tout prixVoir accéder à l’être. John Ashbery. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En réfléchissant à propos de « L’Autoportrait dans un miroir convexe » du peintre maniériste Parmesan, le poète propose une méditation sur l’art de dire le monde et d’y situer notre présence. Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction . Portrait d’une énigme dans un miroir convexe Pierre Vinclair a proposé à Poezibao ce feuilleton critique à propos de de John Ashbery, Autoportrait dans un miroir convexe, tr. » Autoportrait » Girolamo Francesco Maria MAZZUOLI dit PARMIGIANINO – » Pour enquêter sur les subtilités de la peinture, il commença son autoportrait à l’aide d’un miroir convexe de barbier ; il observa les curieuses déformations subies par les poutres du plafond et la fuite bizarre des portes et des éléments architecturaux reflétés dans la courbe du miroir. Elle est exposée au Kunsthistorisches Museum, à Vienne en Autriche. Et je dois avouer que, le redécouvrant près de trente ans après dans cette nouvelle édition, cette sidération tient plus que jamais : publié (Joca Seria, 2015 – trad. Parmesan Autoportrait dans un miroir convexe (MP3) Publié le : 14/4/2015 Format: Zoom. . Séquelle #20. Le miroir dans l'art relate, depuis son origine avec l'invention du verre il y a plus de 3 000 ans, l'importance du miroir comme thème dans le domaine des arts visuels.. Lié à la question de la représentation, le miroir entretient un rapport de longue date avec la peinture: quelles influences a-t-il pu avoir sur la peinture et sur l'idéologie de ces cinq derniers siècles ? À la lecture, cela ne saute pas des yeux. O. Brossard) et Vague, publié (Joca Seria, 2015 – trad. Après ces quelques mois où il s’avérait plus que problématique de s’approvisionner – en livres, côté whisky, pas de problème, le privé pouvait continuer, en chambre, ses investigations –, le temps est venu de refaire quelques virées dans les librairies afin de satisfaire notre appétit de lectures fraîches (mais n’y trouvant pas forcément ce qu’on a projeté d’acquérir – nombre de nouveautés étant souvent absentes des tables). Ce long poème de plus de 400 vers semble plutôt un commentaire sur l’œuvre de Francesco Mazzola, dit le Parmesan, « Il Parmigianinno », peinte il y a environ quatre siècles, vers 1520. Cette main apparaîtrait comme la droite si c’était le portrait d’un autre. On en trouvait beaucoup dans les foyers flamands. Autoportrait dans un miroir convexe (c. 1524) Huile sur bois, diamètre 24,4 cm Kunsthistorisches Museum, Vienne Réflexion sur l’intériorité, thème commun à beaucoup d’autoportraits, ce texte est aussi une mise en évidence de l’art de la représentation et du langage. », Cette impasse, faut-il s’y résigner ? Il a ensuite été acquis par le sculpteur Valerio Belli et, après sa mort en 1546, par son fils Elio. L'oeuvre est mentionnée par l'historien d'art de la Renaissance Giorgio Vasari , qui la répertorie comme l'un des trois tableaux de petit format que l'artiste a emmené à Rome avec lui en 1525. Comme le, faisait celui que nous nommons le Parmesan, John Ashbery entreprendrait-il, de se peindre ? L´Autoportrait dans un miroir convexe tire son nom d´un long poème, méditation métaphysique de l´auteur sur l´autoportrait réalisé en 1524 par le peintre italien Parmigianino. « Autoportrait dans un miroir convexe » exerce une fascination durable, et sa lecture, malgré l’austérité apparente du propos, est aisée, tant est naturelle la parole de John Ashbery. » Les propos tenus par John Ashbery sur l’œuvre du peintre Brice Marden éclairent la sienne, si singulière, qui s’ouvre avec Some Trees, choisi en 1956 par W. H. Auden pour le Yale Series of Younger Poets Prize. En réfléchissant à propos de « L’Autoportrait dans un miroir convexe » du peintre maniériste Parmesan, le poète propose une méditation sur l’art de dire le monde et d’y situer notre présence. John Ashbery, par son lyrisme discret, dont la voix ne couvre jamais le bruit du monde, en est un représentant particulièrement attachant. »Francesco a mis au premier plan sa main,« Grande mais non grossière, juste à une autre échelle,Comme une baleine assoupie dans les grands fonds », Ashbery la mentionne dès le premier vers. L'autoportrait dans un miroir convexe est une peinture à l'huile sur la table convexe Parmigianino, datant d'environ 1524 et conservé au Kunsthistorisches Museum, Vienne. Il s'agit, comme dans les autres poèmes du livre, d'une partie de cache-cache du poète avec ses images, ses ombres et ses formes. L'œuvre a été peinte sur un panneau convexe spécialement préparé de façon à imiter la courbure du miroir utilisé. »Et qui attendent l’arrivée d’une autre préciosité. « L’âme doit rester où elle se trouve », même « rêvant qu’elle est libre ». « Autoportrait en un miroir convexe » est donc une élaboration poétique –on n’ose dire un discours- sur le monde, l’instant, et les pouvoirs, ou l’impuissance, de l’art et du langage, qui va se poursuivre tout au long des trois quarts à venir du poème. Parmesan Autoportrait dans un miroir convexe (MP3) Corrigé directement accessible . Les éditions Joca Seria, qui avaient publié « Vague » et « Le serment du Jeu de Paume » en 2015, rééditent la traduction de 1990 due à Pierre Alferi, et ont eu la bonne dée de l’accompagner de plus de trente textes de l’auteur, dont l’important « Grand Galop », « Au Diable vauvert », et d’autres qui donneront un aperçu de la diversité de l’inspiration de l’auteur. «â€¯Tout artiste qui se respecte devrait avoir comme seul objectif de créer une œuvre dont le critique ne saurait même commencer à parler. » Les propos tenus par John Ashbery sur l’œuvre du peintre Brice Marden éclairent la sienne, si singulière, qui s’ouvre avec Some Trees, choisi en 1956 par W. H. Auden pour le Yale Series of Younger Poets Prize. Une peinture de Parmigianino en 1524 Autoportrait dans un miroir… Les portes de la méditation philosophique sont grandes, ouvertes. Autoportrait dans un miroir convexe John Ashbery Alféri)Comment parler d’un tel livre ? La peinture représente le jeune artiste (seulement âgé de vingt-et-un ans) au milieu d'une pièce, déformée par l'utilisation d'un miroir convexe selon le procédé de l'anamorphose. Les mensonges tombent du ciel tels des fils de lin, siècle. À peine vingt ans plus tard, le magistral Autoportrait dans un miroir convexe, éponyme du poème inspiré par le tableau du Parmesan, mêle réflexions intimes, propositions esthétiques et regards sur le monde environnant à la lumière d’un examen des rapports difficiles entre peinture et poésie.Les mensonges tombent du ciel tels des fils de linSur l’Amérique entière, et le fait que certains soient vraisNe compte certes pas mais sert tout de même à justifierToute cette folie organisatrice sous le déferlement des plaisirs convenables. » C’est rien moins que de cela que parle le tableau, et que magnifie le poème. Le tableau est arrivé à Prague en 1608 et il a rejoint plus tard les collections impériales des Habsbourg de Vienne (1777), bien qu'à l'époque l'œuvre soit attribuée au Corrège. La main au premier plan est très allongée et déformée par le miroir. Comment tracer les 3 rayons principaux à l'intérieur d'un miroir convexe. Autoportrait dans un Miroir Convexe (vers 1524) est une peinture de l'artiste l'italien Parmigianino de la Haute Renaissance. Les premiers miroirs utilisés étaient convexes, introduisant des déformations que l’artiste conservait parfois. Le visage « gardé vivant et intact » par la lumière, et l’âme, « captive, traitée humainement », confinée dans les limites du regard jusqu’au moment où il rencontre celui de l’autre. Image de couverture John Ashbery, The Mail in Norway, 2009, Courtesy Tibor de Nagy Gallery, New York. Le corrigé du sujet "Parmesan Autoportrait dans un miroir convexe (MP3)" a obtenu la note de : … Télécharger Autoportrait dans un miroir convexe - Edition critique Télécharger PDF, EPUB – KINDLE Télécharger Autoportrait dans un miroir convexe - Edition critique Télécharger PDF, EPUB – KINDLE (orlofflaw.com) submitted 1 minute ago by pdfBooks_ comment; share; save Salué par, la critique et le public dès sa parution, il a reçu le Prix Pulitzer, la, National Book Award, et la National Book Circle Award, les trois prix les, plus prestigieux des États-Unis. L’enjeu du tableau, nous fait comprendre Ashbery, est vital. Et de. Autoportrait dans un miroir convexe. Kunsthistorisches Museum, Vienne. Et, si l’on songe à ce que nous venons de vivre ce printemps, il est étrange d’y lire ces vers, à la toute fin du poème-titre : Nouvelle Revue Nantaise n° 6 : Julien Lanoë, un homme dans sa ville, Le Tendre Inventaire des vivants & des morts, Autour il y a les arbres et le ciel magnifique, Nantes & Rennes sous le regard des architectes du 21e siècle, Perséphone aux jardins de sainte Radegonde, Le guide pratique du féminisme divinatoire, Trente-six sculptures de Jean-Louis Faure. La main représentée ne peint pas, elle protège et masque, en un geste. Mis à part le miroir convexe du Parmesan, on utilise un miroir plan voire une psyché. Mais celle qu’on voit n’est pas celle qui teint le pinceau, mais le reflet de la gauche – Marc Chénetier consacre une grande partie de sa postface à cette inversion volontaire. Heureusement, de belles surprises nous arrivent certains matins via la poste : de quoi bâtir une belle constellation, en hommage à celles que l’on pouvait observer à la nuit tombée en période dite “de confinement” – le ciel ayant alors été le plus souvent dégagé et la pollution fort réduite, ce qui, hélas, est bien fini aujourd’hui.Tout classement, toute hiérarchie, n’ayant aucun sens, je reprends presque au hasard mes notes prises au vol tout au long de ce printemps, crayonnées sans trop réfléchir sur des post-it (les corrigeant cependant ponctuellement), sans m’attacher à la chronologie des lectures et en me moquant bien des genres dont elles relèvent, ce qui nous permettra de passer d’un livre de poésie à un recueil de dessins de presse, comme tout amateur le fait naturellement au cours de la journée.