Les personnes exposées à cet éclair furent brûlées. Mais, de ce nombre, moins de 1 % (2 242 exactement) sont reconnues comme souffrant d'une maladie causée par les radiations[88]. la principale cause a été l'irradiation instantanée au moment de l'explosion (irradiation externe par, beaucoup moins importante (car la bombe a explosé loin du sol) est l'irradiation par la, encore moins importante, l'irradiation consécutive aux, la principale manifestation a donc été le, effets médicaux autres que les cancers chez les survivants irradiés : survenue de. Le 6 août 1945, le pilote Paul Tibbets embarque à bord du bombardier B-29, baptisé «Enola Gay», la bombe à uranium «Little Boy» et la largue au-dessus de la ville. There were an estimated 12,000 to 14,000 Koreans living in Nagasaki during the bombing. Arrivés sur place, les deux hommes ne cessèrent de tourner autour de la ville dévastée, ne pouvant croire ce qu'ils voyaient : des incendies à des kilomètres à la ronde et un épais nuage dominant la ville transformée en champ de ruines. le bombardement aérien visant à terroriser la population civile, à détruire ou endommager des biens de nature non militaire ou à blesser des non-combattants est interdit. L'important effort de guerre du Japon nécessitait des moyens modernes qui contrastaient avec le reste de Nagasaki : les résidences étaient traditionnelles, avec des structures en bois. Bob Lewis, le copilote d'Enola Gay, s'écrie : « Mon Dieu, qu'avons-nous fait ? Le clivage entre le pouvoir civil et les militaires japonais, Destin des équipages des deux bombardiers, « Ce n'est pas assez de négocier seulement avec l'Union soviétique. Les échanges entre Hirohito, le cabinet et l'état-major montrent que l'empire du Japon n'était pas sur le point de se rendre sans condition. Nous sommes en possession de l'explosif le plus destructeur jamais conçu par l'homme. Ses dirigeants ont aussitôt rejeté cet ultimatum. Le documentaire Original Child Bomb de Carey Schonegevel paru en 2004 révélait encore des images inédites[121]. Après cette attaque aérienne suivront des forces marines et terrestres en nombre et en puissance telles qu'ils n'en ont jamais vues et avec les aptitudes au combat dont ils sont déjà bien conscients[44] ». Certains historiens avancent ainsi la thèse de l'URSS qui prenait trop d'importance et qu'il fallait tenir à l'écart des territoires japonais[note 2]. La cité fut choisie comme cible car elle n'avait encore subi aucun raid aérien. le bombardement de cités, villes, villages, habitations et bâtiments hors des environs immédiats des opérations militaires terrestres est interdit. s'accordent à dire que l'opposition civile avança des arguments qui furent suffisants pour convaincre les militaires de l'inutilité de la poursuite de la guerre : ni le courage sans limite des soldats, ni la détermination lors des combats ne pouvaient aider le Japon contre la destruction totale par les armes atomiques. The bombs were intended to explode the two prominent Japanese cities of Hiroshima and Nagasaki. Mais celui-ci était dominé par des membres de l'armée impériale et de la marine, qui ne voulaient céder sous aucun prétexte. The hills that surrounded the city did a better job of containing the destructive force, but the number killed is estimated at anywhere between 60,000 and 80,000 (exact figures are impossible, the blast having obliterated bodies and disintegrated records). What date was the Nagasaki bomb dropped? Les militaires américains voulaient faire croire aux Japonais qu'ils disposaient d'un nombre illimité d'armes nucléaires. La bombe ayant explosé en altitude, certes faible, et non au sol, le souffle avait une direction plus ou moins perpendiculaire par rapport au sol, ce qui limita peut-être les dégâts. Hiroshima était la cible prioritaire pour le bombardement. Un énorme foyer généralisé se déclencha rapidement avec des pics de température en certains endroits[pas clair]. Les symptômes étaient ceux d'une faiblesse généralisée et d'une avitaminose sévère. Celle-ci contenait des poussières radioactives et des cendres qui lui donnaient une teinte proche du noir, et a été de ce fait désignée par le terme de « black rain » dans la littérature anglo-saxonne. Avec l'expansion de l'Empire, au cours de l'ère Showa, différents types d'armes chimiques y furent produites comme le gaz moutarde, l'ypérite, le lewisite et du cyanure[27]. Le général Dwight D. Eisenhower était de cet avis et en informa Henry Stimson en juillet 1945[148]. HISTORY reviews and updates its content regularly to ensure it is complete and accurate. Seules quelques personnes étaient au courant des ordres donnés par le président Truman[note 1]. The Great Artiste continua sa mission scientifique autour de Nagasaki pendant que Bockscar se dirigeait vers le sud. Durant les préparatifs des bombardements, des scientifiques, dont Edward Teller, firent remarquer qu'il serait préférable d'employer la bombe sur une zone inhabitée ou en plein ciel pendant la nuit, afin d'avertir les Japonais. Le retour vers Tinian étant impossible faute de carburant de réserve, Bockscar risquait de devoir se poser en mer. http://www.cddc.vt.edu/host/atomic/nukeffct/enw77b3.html, « 6 août 1945 : et si Hiroshima n'avait servi à rien ? Profitant du bombardement d'Hiroshima, Staline met un terme aux négociations avec le Japon et déclenche, dès le 9 août, dix minutes après minuit, l'offensive de Mandchourie[41], soit trois mois après la capitulation allemande, comme convenu lors de la conférence de Yalta[42]. In 1940, the U.S. government began funding its own atomic weapons development program, which came under the joint responsibility of the Office of Scientific Research and Development and the War Department after th… Le 7 août d'après l'USAF et le général Spaatz, les avions de reconnaissance ont pu faire des photographies : 4,1 miles carrés de surface urbaine sont anéantis, 60 % de la ville sont détruits. Three days after the United States dropped an atomic bomb on Hiroshima, a second atomic bomb was dropped on Nagasaki on August 9 – a 21-kiloton plutonium device known as "Fat Man.” On the day of the bombing, an estimated 263,000 were in Nagasaki, including 240,000 Japanese residents, 9,000 Japanese soldiers, and 400 prisoners of war. The explosion unleashed the equivalent force of 22,000 tons of TNT. Les dernières forces des Japonais, les kamikazes, déferlèrent sur les navires américains et alliés en causant des pertes importantes. Elles auraient été probablement supérieures si la menace d'une attaque atomique avait été proférée à l'encontre du Japon avant de procéder au bombardement. Le risque d'incendie était élevé à Hiroshima : la concentration des bâtiments et les matériaux utilisés étaient propices à une destruction maximale à cause des effets thermiques de la bombe atomique. Next to the museum is the Nagasaki National Peace Memorial Hall for the Atomic Bomb Victims, built in 2003.The bombing marked a new era in war, … His long, strange trip ...read more. Les deux autres B-29 chargés de collecter des données et des prises de vues restèrent suffisamment longtemps autour du site de l'explosion pour photographier le champignon atomique et les dégâts, filmer les alentours et recueillir des informations sur la mission. Rendezvous point is changed from Iwo Jima to Yakushima due to bad weather. It became the sole port used for trade with the Portuguese and Dutch during the 16th through 19th centuries and the Hidden Christian Sites in the Nagasaki Region have been recognized and included in the UNESCO World Heritage List. Il est clair que les deux parties adverses avaient pesé de tout leur poids dans la décision mais les Japonais étaient persuadés que Staline remplacerait la monarchie par le communisme, chose inconcevable pour eux[155]. Mais le 24 octobre 1945, un policier militaire américain interdit à un cameraman japonais de continuer à filmer à Nagasaki. Il faudra attendre les années 1980 pour les premiers films en couleur. Les Américains prévoyaient à partir de la fin 1945 une invasion terrestre du Japon, l'opération Downfall[131],[132]. United indique enfin que le gouvernement américain a l'intention de procéder à l'invasion de l'archipel japonais, mais que le déroulement de cette opération dépendra de l'effet de la bombe sur la combativité des Japonais. Ce bâtiment résista au souffle et fut renommé mémorial de la paix d'Hiroshima. Aucun essai n'ayant été réalisé, les effets ne sont pas encore connus. Les scientifiques qui travaillèrent sur le projet témoigneront plus tard des pressions exercées à un haut niveau pour terminer la bombe selon un calendrier bien précis. (Art. Le bombardement de Nagasaki est à son tour annoncé dans la presse internationale, avec un autre événement survenu presque au même moment : la déclaration de guerre des Soviétiques, qui ont aussitôt envahi la Mandchourie. The conflict between the U.S. government and the Nez Perce was one of the most tragic of the many Indian wars of the ...read more, Like his band the Grateful Dead, which was still going strong three decades after its formation, Jerry Garcia defied his life-expectancy not merely by surviving, but by thriving creatively and commercially into the 1990s—far longer than most of his peers. The allied powers comprising of USA and UK had prepared two powerful atomic bombs during the Second World War. Le commandement principal tenta à plusieurs reprises d'appeler le centre de commandement de l'armée à Hiroshima. Si l'origine de ces chiffres est inconnue, l'ordre de grandeur ne paraît pas invraisemblable comparé au bilan d'Okinawa. There are many different accounts of the incident, ...read more, On August 9, 1969, members of Charles Manson’s cult kill five people in movie director Roman Polanski’s Beverly Hills, California, home, including Polanski’s pregnant wife, actress Sharon Tate. Les autorités sont dans l'incapacité à trouver des solutions pour les victimes civiles. De plus, les estimations de la puissance d'une explosion nucléaire alors disponibles ne correspondent au mieux qu'à la moitié, au pire à un dixième de la puissance effective. L'histoire de Nagasaki a presque entièrement été construite par des étrangers ; en effet, ce sont les Portugais qui en font une ville portuaire prospère au XVIe siècle. La ville de Nagasaki était l'un des plus grands ports du sud du Japon et était un pilier du complexe militaro-industriel japonais. »[24]. En tant que monarchie, le « pays du Soleil-Levant » ne pouvait entamer le chemin de la paix qu'avec l'appui du cabinet japonais. Radio-Tokyo est également citée pour évoquer les effets de la bombe : « […] les morts et blessés sont brûlés au point d'être méconnaissables. Kyoto, qui avait été mise au premier rang dans une version antérieure de la liste parce qu'elle était l'ancienne capitale impériale, est remplacée par une autre ville, à la demande du secrétaire à la Guerre Henry Lewis Stimson, du fait de sa valeur culturelle ; elle avait également été épargnée par les bombardements incendiaires pour les mêmes motifs[10],[11]. Pressé par l'empereur, désireux de protéger ses prérogatives, Tōgō refuse toute négociation directe avec les autres alliés même lorsque Kaina, le président du bureau d'espionnage lui déclare le 4 août : « Ce n'est pas assez de négocier seulement avec l'Union soviétique. Comme cela a déjà été amplement prouvé par mon ami Otis Cary de Doshisha à Kyoto, la seule personne qui mérite les honneurs pour avoir sauvé Kyoto de la destruction est Henry L. Stimson, le secrétaire à la Guerre de l'époque, qui avait connu et admiré Kyoto lors de sa lune de miel plus de trois décennies auparavant. le conseil impérial accepte la capitulation sans conditions. Selon l'historien Howard Zinn, le nombre de victimes atteint 250 000[58]. La famine et les maladies auraient alors été responsables d'un bilan encore plus lourd que celui des bombes atomiques. Le quartier général de la deuxième armée générale (第2総軍 (日本軍), Dai-ni Sōgun) créé le 8 avril 1945 à partir de la dissolution du commandement général de la défense (防衛総司令部, Bōei Soshireibu) était situé dans un secteur montagneux de la ville à 10 km du centre, dans le château de Hiroshima. Hovedartikkel: Atombombene over Hiroshima og Nagasaki Foto tatt fra et amerikansk bombefly på vei bort fra Nagasaki Den 9. august 1945 angrep amerikanerne Nagasaki med et B-29 bombefly som slapp en atombombe (kalt «Fat Man», 22 kt TNT -ekvivalent i sprengkraft) som medførte store ødeleggelser og tap av menneskeliv. Nagasaki s'agrandit pendant plusieurs années sans vraiment suivre un plan précis. satisfaire l'opinion publique en vengeant les soldats tués sur le front du Pacifique ; réduire la durée de la guerre et éviter un. On craignait en effet que l'avion ne s'écrase et que la bombe ne se déclenche accidentellement, pulvérisant immédiatement une grande partie de l'île. Nous nous résumerons en une phrase : la civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Hokkaidō aurait sûrement été envahie par l'URSS avant que les Alliés n'atteignent Kyūshū. In addition, the altitude at which the planes were to fly was raised 17,000 feet from the normal 9,000 feet. Ils craignent que les Japonais ne déplacent des prisonniers de guerre en direction des zones prévues pour le bombardement ou que les bombardiers ne soient abattus. 40 000-70 000 personer uppskattas ha dött och cirka 120 000 blivit utan hem av explosionen som lade stora delar av staden i ruiner. Le 6 août 1945, à 8 h 16 min 2 s, après environ 43 secondes de chute libre, activée par les capteurs d'altitude et ses radars, elle explosa à 580 mètres à la verticale de l'hôpital Shima, en plein cœur de l'agglomération, à environ 300 m au sud-est du pont initialement visé, libérant une énergie équivalente à environ 15 000 tonnes de TNT[31]. Le 6 août 1945, la première bombe nucléaire américaine détruit la ville japonaise d'Hiroshima. Quelques minutes avant l'explosion de la bombe, The Great Artiste largua des instruments scientifiques attachés à trois parachutes. Capitale de la région de Chūgoku sur le delta du fleuve Ota-gawa, la ville est établie sur sept îles. Plusieurs fois par semaine des vagues de B-29 chargés d'engins incendiaires attaquaient les agglomérations grandes ou moyennes de l'archipel. Celle-ci fut armée pendant le vol par le capitaine de marine William Parsons. Hiroshima Atomic Bomb vs Nagasaki Atomic Bomb. Toutefois, les survivants des bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki ont été longtemps maltraités par la société japonaise car ils symbolisaient la défaite du Japon. nécessaire]. Il reprend également les passages du communiqué de Truman sur les conditions d'élaboration de l'arme, et insiste sur le ton de solennité et le sérieux avec lesquels les officiels se sont exprimés. ». Le rapport américain[Lequel ?] Les États-Unis voulaient ainsi prouver à Staline qu'ils étaient présents aussi bien à Berlin qu'en Asie, et qu'ils s'opposaient au développement du communisme, du moins au Japon. L'officier le plus haut gradé dans le théâtre des opérations en Pacifique était le général Douglas MacArthur. nécessaire]. 68 villes japonaises sont bombardées, et toutes sont partiellement ou intégralement détruites », « déluge de ruines venu des airs comme il n'en a jamais été vu de semblable sur cette Terre », « Les premiers scientifiques japonais arrivés quelques semaines après l’explosion notèrent que l'éclair de la bombe avait décoloré le béton. The "Fat Man" was dropped on … Il s'entraîne à l'aide de bombes conventionnelles, mais construites au gabarit des bombes atomiques, les « bombes citrouille ». », « l'Union soviétique a déclaré la guerre et lancé les hostilités contre nous », « ne porte pas préjudice aux prérogatives de Sa Majesté à titre de Souverain », « La guerre continuera-t-elle si l'institution impériale et la politique nationale (kokutai) ne peuvent être préservées ? Hambourg subira un sort similaire lors de l'opération Gomorrhe, mais sur une durée d'environ 10 jours avec 2 714 avions et 8 650 tonnes de bombes conventionnelles qui firent 40 000 morts[119]. Les Américains avaient prévu deux attaques supplémentaires si la première ne se révélait pas suffisante. nécessaire]. ». La décision de capituler était antérieure aux attaques successives menées par l'URSS en Mandchourie, l'île de Sakhaline et les îles Kouriles. Les archives japonaises et le journal du Garde des sceaux Kōichi Kido indiquent que l'empereur et le cabinet insistèrent pour obtenir une reddition conditionnelle, alors que le gouvernement menait des négociations parallèles avec l'Union soviétique. Malgré une voie diplomatique discrète qui s'engagea avec les autorités civiles nippones dès janvier 1945 (après l'invasion de Luçon aux Philippines), les partisans des bombardements mirent en avant l'intransigeance des militaires japonais qui refusaient toute négociation. Dans l'éditorial de Combat du 8 août 1945, Albert Camus présente en ces termes son analyse de la situation[104] : « […] grâce au formidable concert que la radio, les journaux et les agences d'information viennent de déclencher au sujet de la bombe atomique […] on nous apprend […] au milieu d'une foule de commentaires enthousiastes que n'importe quelle ville d'importance moyenne peut être totalement rasée par une bombe de la grosseur d'un ballon de football. Si Nous continuions à combattre, cela entraînerait non seulement l'effondrement et l'anéantissement de la nation japonaise, mais encore l'extinction complète de la civilisation humaine, « Nous, les partisans de la paix, fûmes aidés par la bombe atomique dans notre quête pour l'arrêt de la guerre », « une occasion en or venue du ciel qui permet au Japon de cesser la guerre », « C'est-à-dire les violations des lois et coutumes de la guerre », « […] la destruction sans motif des villes et des villages ou la dévastation que ne justifient pas les exigences militaires », « s'ils n'acceptent pas nos conditions maintenant, ils peuvent s'attendre à une pluie de ruines qui tombent du ciel », « habile désinformation occidentale, ayant détourné le monde de la réalité des faits », La guerre soviético-japonaise, au lieu des, Atomic Bomb: Decision -- Target Committee, May 10-11, 1945, L'Union soviétique était le seul pays qui n'était pas en guerre contre le Japon qui l'avait chargé depuis plusieurs mois de négocier pour lui un traité d'armistice avec les États-Unis. Albert Einstein sera réticent face à la bombe et Leó Szilárd, qui était largement impliqué dans le développement de la bombe, dira après la guerre : « Si les Allemands avaient largué des bombes atomiques à notre place, nous aurions qualifié de crimes de guerre les bombardements atomiques sur des villes, nous aurions condamné à mort les coupables allemands lors du procès de Nuremberg et les aurions pendus. Le nombre des victimes ne sera sans doute jamais connu car les circonstances (ville en partie évacuée, présence de réfugiés venant d'autres villes, destruction des archives d'état civil, disparition simultanée de tous les membres d’une même famille, crémations de masse) rendent toute comptabilité exacte impossible, en particulier des morts survenues dans les premières heures : D'après une étude réalisée par échantillonnage en novembre 1945 par la faculté de médecine de l'université impériale de Tokyo[67], 73,5 % des victimes moururent dès le bombardement ou le jour même. Les Américains connaissaient parfaitement les plans japonais, le chiffrement utilisé par l'armée nippone, le code 97 (ou code Purple) avait été percé par les cryptanalystes.[réf. Hiroshima fait les gros titres de la presse américaine : le San Francisco Chronicle titre par exemple : Le Japon touché par une bombe atomique, l'arme la plus puissante de l'Histoire ! Today - August 9, 2011 - marks the 66th anniversary of U.S. atomic bombing of the Japanese city of Nagasaki. Récit et réflexion sur le bombardement par un survivant surnommé le « Ghandi japonais ». L'attaque d'Hiroshima détruisit 12 km2, alors que celle de Nagasaki détruisit 6 km2. Deux B-29 s'envolèrent pour les États-Unis afin de charger du matériel et des composants destinés à l'assemblage d'une bombe supplémentaire. Au total, les deux explosions font plus de 250 000 morts. Quand les avions apparurent au-dessus de la ville vers 10 h 56, les Japonais pensèrent qu'il s'agissait d'avions de reconnaissance, alors courants, et aucune alarme ne fut donnée. Si Nous continuions à combattre, cela entraînerait non seulement l'effondrement et l'anéantissement de la nation japonaise, mais encore l'extinction complète de la civilisation humaine[112]. Bells tolled in Nagasaki, Japan Tuesday to mark the 71st anniversary of the city's atomic bombing by the United States, bringing an eventual end to World War II. Plus de 110 000 Japonais et 12 520 Américains furent tués lors de l'affrontement le plus sanglant de la guerre du Pacifique[127]. As many as 80,000 people died. L'alerte fut déclenchée avec des annonces à l'intention de la population et l'interruption des programmes de la radio dans plusieurs villes. Les 7 et 8 août 1945, aucun journal ne sera publié à Hiroshima. » Le journal cite en outre une émission de Radio Tokyo[106], qui proteste vigoureusement contre les bombardements : « Comment les responsables militaires américains vont-ils échapper à leur avilissement, non seulement aux yeux des autres nations mais aussi à ceux du peuple américain ? Nagasaki Écouter (長崎市, Nagasaki-shi?, litt. Une unité spécialement créée pour le bombardement nucléaire fut mise sur pied, le 509th Composite Group. Dans les archives du général Spaatz, il est mentionné que l'USAAF désirait larguer la troisième bombe sur Tokyo si les Japonais ne rendaient pas les armes assez vite. Les résultats du suivi des descendants des victimes d'Hiroshima et de Nagasaki (30 000 enfants de parents irradiés, ce qui représente une population statistiquement significative) n'a pas permis d'observer une augmentation des malformations ou des troubles génétiques[89],[90]. Le Washington Post écrit : « Même si nous déplorons cette nécessité (d'attaquer avec la bombe atomique), une lutte jusqu'à la mort oblige tous les combattants à infliger un maximum de dégâts à l'ennemi et ceci dans le plus court laps de temps. Avec l'opération Olympic, 767 000 soldats américains auraient dû affronter peut-être 600 000 soldats japonais[134]. Le bombardement nucléaire d'Hiroshima est annoncé par la Maison-Blanche dans la journée du 6 août, seize heures après l'explosion, dans un long communiqué du président Truman[98]. "use strict";(function(){var insertion=document.getElementById("citation-access-date");var date=new Date().toLocaleDateString(undefined,{month:"long",day:"numeric",year:"numeric"});insertion.parentElement.replaceChild(document.createTextNode(date),insertion)})(); FACT CHECK: We strive for accuracy and fairness. Le quotidien argentin Critica du 8 août[102] explique que « toute vie humaine, animale et végétale a disparu à Hiroshima, le gouvernement a ordonné l’évacuation des grandes villes » et reprend une information de l'agence Reuters, selon laquelle il y a eu plus de 100 000 morts, brûlés vifs ou tués par la chaleur et la pression. L'URSS a la bombe atomique et les Actualités Françaises s'en inquiètent. 9 10 11. Au cours de cette conférence tenue dans la nuit du 9 au 10, l'Empereur annonça sa décision de se rendre à l'ultimatum des alliés et demanda la préparation d'une déclaration impériale à la condition que cette déclaration « ne porte pas préjudice aux prérogatives de Sa Majesté à titre de Souverain ». Le juge philippin Delfin Jaranilla, membre du tribunal de Tokyo, chargé de juger certains criminels de guerre du régime shōwa, écrivit en obiter dictum dans son jugement : « Si un moyen se justifie par une fin, l'emploi de la bombe atomique était justifié car il mit le Japon à genoux et entraîna la fin de cette horrible guerre. Cette situation de malnutrition se serait sans doute aggravée avec le prolongement des hostilités. Nagasaki a été, le 9 août 1945, la cible du deuxième bombardement atomique de l'histoire par les États-Unis durant la Seconde G… Environ vingt minutes plus tard, le centre ferroviaire qui gérait les télégraphes à Tokyo se rendit compte que la ligne principale avait cessé de fonctionner jusqu'au nord d'Hiroshima. Parmi ces conditions se trouvaient le désarmement des troupes par les autorités japonaises, le jugement des criminels par les autorités japonaises, l'absence de forces d'occupation sur le sol japonais et la préservation du régime impérial et de l'Empereur[17]. Little Boy fut installée dans un B-29, mais ne fut pas armée. Nous devrons autrement nous résoudre à utiliser cette bombe et toutes nos autres armes supérieures pour cesser rapidement et avec force cette guerre. August 9, 2019 marks 74 years since the United States of America dropped the atomic bomb on the city of Nagasaki during World War II in 1945. Dans une autre perspective, il ne faut pas perdre de vue le coût humain d'une telle opération terrestre pour les Japonais. Les « Marines » recoururent aux lance-flammes et aux grenades pour éliminer les dernières poches de résistance. Le 24 juillet, l'ordre est relayé par le secrétaire de la Guerre, Henri Stimson, et le lendemain, le général Thomas Handy envoie un ordre secret au général Spaatz, autorisant le largage de la bombe après le 3 août, « dès que le temps le permettra », sur Hiroshima, Kokura, Niigata ou Nagasaki[25]. Les historiens estiment que le nombre total d'Allemands tués dans des bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale se situe dans un intervalle compris entre 305 000 (rapport de l'US Strategic Bombing en 1945) et 600 000[120]. Il reprend aussi une information donnée par l'agence United Press : selon le ministre britannique chargé de la production d'aéronefs, la bombe pèse 400 livres (moins de 200 kg) et est capable de raser une ville. », « toute vie humaine, animale et végétale a disparu à Hiroshima, le gouvernement a ordonné l’évacuation des grandes villes », « la seconde utilisation de cette nouvelle et terrifiante arme secrète qui a effacé plus de 60 % de la ville d'Hiroshima et, selon la radio japonaise, tué pratiquement toute sa population, a eu lieu aujourd'hui vers midi. Cette affreuse affirmation doit vous faire réfléchir et nous pouvons vous assurer solennellement qu'elle est terriblement exacte. Cependant, même après l'attaque sur Nagasaki, le Conseil suprême était toujours divisé, Korechika Anami, Yoshijiro Umezu et Soemu Toyoda désirant que soient faits par les autorités japonaises le désarmement des troupes et le jugement des criminels, et insistant sur l'absence de forces d'occupation en sol japonais et la préservation du régime impérial et de l'Empereur. Arrivé au-dessus de la ville vers 10 h 20, l'équipage de Bockscar affronta un nouveau problème : la couverture nuageuse à 70 % empêchait le bombardement. The bomb was dropped at 11:02 a.m., 1,650 feet above the city. Le pays connaîtra un sort similaire à l'Allemagne avec l'arrestation des principaux dignitaires. L'ambassadeur répliqua en recommandant au gouvernement d'accepter les termes de l'ultimatum de Potsdam[24]. ». Les deux bombardiers qui vont larguer leur bombe sur Hiroshima et Nagasaki, Enola Gay et Bockscar, appartiennent à cette série spéciale. In both cities, the vast majority of people who died were civilians. De quelque façon, en coulisse, nous devons négocier avec les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Chine. (…) C'était pour épargner le peuple japonais d'une destruction totale que l'ultimatum du 26 juillet a été formulé à la conférence de Potsdam. La ville était faite de maisons presque toutes construites en ossature de bois légère et en papier. Le seul vecteur possible pour la bombe était le Boeing B-29 Superfortress, seul bombardier lourd capable d'atteindre le Japon à l'époque. Pour sa part, le musée du mémorial pour la paix d'Hiroshima avance le chiffre de 140 000 morts, pour la seule ville d'Hiroshima. Moins d'un mois plus tard, la signature des actes de capitulation du Japon le 2 septembre 1945 met fin à la Seconde Guerre mondiale. Cette affirmation est partiellement confirmée par Richard Rhodes qui décrit le refus de Stimson au sujet du bombardement de Kyoto[9], allant contre la volonté du général Leslie Groves. Deux autres B-29 décollèrent peu après : The Great Artiste piloté par Frederick Bock et The Big Stink piloté par le lieutenant-colonel Hopkins. Cet escadron est équipé de bombardiers B29 issus d'une série spéciale, fabriquée en vue des bombardements atomiques, dite « Silverplate », du nom du programme de participation de l'USAAF au projet Manhattan[3]. Oppenheimer ordonna lui-même, sans un ordre explicite de Truman, de ne pas charger la matière radioactive qui devait prendre la route de San Francisco. Paul-Yanic Laquerre, « Supporter l'insupportable, la reddition du Japon ». Le prince Yasuhiko Asaka, l'un des oncles de l'Empereur, lui demanda alors : « La guerre continuera-t-elle si l'institution impériale et la politique nationale (kokutai) ne peuvent être préservées ? Le 21 juillet 1945, le président Harry S. Truman approuve le largage des bombes sur le Japon. ». Après dix minutes de vol, le commandant Ashworth activa la bombe en chargeant les fusibles et ordonna de ne pas descendre en dessous de 1 500 mètres pour éviter une détonation accidentelle. Des incendies se déclenchèrent, même à plusieurs kilomètres. (1) Mitsubishi Nagasaki Arms Factory (2) Mitsubishi Nagasaki Steelworks (3) Mitsubishi Electric Co. Nagasaki Works (4) Mitsubishi Nagasaki Shipyard (5) Nagasaki Shipbuilding National Defense Corps (6) Prisoner-of-War Camp (7) Unzen Firebrick Factory 4. La décision de lancer les bombes sur le Japon a été prise par le président Truman pour plusieurs raisons[123] que les historiens se sont efforcés d'analyser, pondérer ou écarter : Que les bombardements atomiques aient été ou non nécessaires est encore de nos jours un sujet de controverse[125]. Si cette opération permettait de réduire à néant la production industrielle nipponne, ses conséquences humaines n’étaient pas nulles. L'histoire de Nagasaki a presque entièrement été construite par des étrangers ; en effet, ce sont les Portugais qui en font une ville portuaire prospère au XVI e siècle. La bombe fut larguée à 10 h 58 heure locale et l'explosion d'une puissance de 20 kilotonnes détruisit 3,8 km2 de bâtiments dans le district d'Urakami[51],[52].