Vos réponses, "Ca devient insupportable !" Entre 19?? Excédé, le présentateur phare de CNEWS en a appelé à la direction de France inter, où l'humoriste officie. " Proches du Parti socialiste ou de la mouvance macroniste, ils se positionnent au centre gauche (ou droit) de l’échiquier politique. France Inter: il y a censure ou il n’y a pas censure? Une étude interne à Radio France réalisée en 2019 indique que « par rapport à la concurrence directe, France Inter se caractérise par une proportion importante d’auditeurs CSP+ (39 %), aussi bien de chefs d’entreprise/cadres et professions intellectuelles supérieures (19 %) que de professions intermédiaires (17 %) — le reste étant composé des artisans et des commerçants. La liste de ses auteurs peut être visible dans ses historiques et/ou la page Edithistory:Liste des animateurs et journalistes de France Inter. France Inter propose tous les jours de 5h jusqu'à minuit des émissions en direct selon sa grille des programmes, et des rediffusions la nuit[50]. » D'après lui, les journalistes phares de la station « soutiennent avec ferveur les traités européens en appelant de leurs vœux une très hypothétique "Europe sociale". Son record historique a été enregistré sur sa vague d'été et sur les nouveautés de rentrée. En septembre 1947, un sondage réalisé par le journal Radio Programme crédite la station de 6 % d'audience, alors qu'elle n'émet encore que sur la seule région parisienne[1]. Le 1er janvier 1975, les radios publiques sont regroupées dans Radio France et le logo de France Inter en prend l’image. La radio la plus écoutée de France, en audience cumulée comme en part d’audience, est donc devenue France Inter, qui détrône RTL, détentrice du titre depuis 2016[62]. À partir de 1963, Roland Dhordain tente de « transformer Paris Inter en une radio capable de rivaliser avec les stations périphériques »[5]. L'organisation s'appuie sur sept services[1] : France Inter bénéficie en outre de l’aide de la cellule investigation de Radio France, dirigée par Jacques Monin (avec Laetitia Cherel, Benoît Collombat, Abdelhak El Idrissi Élodie Guéguen, Laetitia Cherel, Sylvain Tronchet et Philippe Reltien)[3], du service des sports dirigé par Vincent Rodriguez, des journalistes des autres rédactions de Radio France (France Info, France Culture et les 44 radios locales de France Bleu), des bureaux en région (Lyon, Marseille et Toulouse) et de la rédaction internationale, dirigée par Jean-Marc Four et composée des services diplomatiques des différentes rédactions de Radio France et des envoyés spéciaux permanents à l'étranger : Cyril Sauvageot[4] (Berlin), Omar Ouahmane[4] (Beyrouth), Quentin Dickinson[5] (Bruxelles), Étienne Monin (Jérusalem), Antoine Giniaux (Londres), Marc Crépin[6] (Moscou), Dominique André (Pékin), Mathilde Imberty[7] (Rome) et Grégory Philipps (Washington). Pierre-Emmanuel Barré est écouté par les jeunes, il a un pouvoir d'influence », une réponse qui, selon Ingrid Riocreux, édulcore cette première interdiction[27]. La directrice de France Inter est, depuis mai 2014, Laurence Bloch qui succède à Philippe Val en poste depuis 2009. Face à l'érosion constante de l'audience des chaînes de radiodiffusion de la RTF au profit des postes périphériques et à la fréquence des grèves au sein de l'établissement (voir la grève de 1962), le gouvernement, par son ministre de l'Information Alain Peyrefitte, crée la même année le service de liaison interministériel pour l’information, courroie de transmission entre le pouvoir politique et les journalistes de la RTF. Biography. His television career began in 1987 on M6, and switched to TF1 in 1989. En 1984, ce Lucien de Rubempré des temps modernes, entre à France Inter pour des remplacements en radios locales. 2003 - avr. La journaliste Mémona Hintermann, ex-membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel, déplore le manque de diversité sociale de la radio : « Quand j’écoute Inter, j’entends une France bourgeoise épargnée par les difficultés de la vie, qui ne correspond pas au pays tel qu’il est. Considérée comme « la voix de la France » avant la libéralisation des ondes du début des années 1980, elle reste la principale station du service public. Paris-Inter est diffusée chaque jour de 12 h 15 à 15 h 20 sur ondes courtes 48,39 mètres (6 200 kHz) dès le 15 décembre 1947 par un des émetteurs d'Allouis, ce qui permet à la station d'être audible à l'étranger, mais aussi dans les zones peu couvertes par les ondes moyennes en France, comme les zones montagneuses. Eh ben non, je n'aime pas son programme, je ne vote pas pour lui, c'est tout, c'est ça, c'est la démocratie. Considérez son contenu avec précaution. Voir le profil de Quentin Margot sur LinkedIn, le plus grand réseau professionnel mondial. Entre les années 1930 et 1975 France Inter était diffusé par des émetteurs locaux dans certaines grandes villes. Paris-Inter diffuse de 6 h 30 à minuit un programme essentiellement musical, composé de sessions de disques, des émissions réalisées par le Club d'Essai et de programmes de stations étrangères. Lors de la fin de la 2ème Guerre Mondiale les Allemands sabotèrent l'émetteur et les antennes. Il nous a quittés il y a quelques années. Le 29 décembre 1957, Paris-Inter devient France I et diffuse 24 h sur 24 h un programme qui privilégie l’information directe et reflète tous les aspects de la vie quotidienne, tandis que le Programme Parisien devient France II Régional, chaîne du divertissement et écho des stations régionales. Quand je l’entends, j’éteins[33]. France Inter est diffusée, en 2011, sur Fransat et ASTRA (SES S.A)[58]. Ce nouveau programme prend provisoirement le titre de Club d'Essai avant que Wladimir Porché n'annonce courant janvier la création définitive d'un troisième programme de radio, en plus du Programme Parisien et du Programme National, qu'il nomme « Paris-Inter ». Le 25 août 2014, France Inter se dote d'un nouvel habillage sonore accompagnant désormais la nouvelle grille de programmes de celle-ci, qui a pour vocation à faire remonter les audiences de la radio en chute libre depuis quelque temps[8]. 36. Le présentateur d'«Affaires sensibles», sur France Inter, est un inconditionnel du football italien. Le démarrage de Radio France n'est toutefois effectif que le 6 janvier 1975 à minuit et France Inter se dote d'un nouvel habillage. Une des émissions créées à cette époque, en 1958 par Henri Kubnick, allait devenir le jeu le plus ancien du paysage radiophonique français, sous les noms successifs de Cent mille francs par jour, Le Jeu des 1000 francs, et des 1 000 euros. La rédaction de France Inter compte une centaine de journalistes et produit des flashs et journaux d'informations toutes les heures, ainsi que des émissions d'actualités aux grands carrefours d'audience. Bloch en profite pour remanier certaines émissions : Nicolas Demorand quitte les horaires 18 h-20 h (remplacé par Fabienne Sintes[12]) pour la matinale et les programmes de Fabienne Chauvière (Les Savanturières), d'André Manoukian (Les Routes de la musique) et de Brigitte Patient (Regardez voir) sont supprimés pour laisser plus de place à la culture[13]. Toute la bande d'Anne-Elisabeth Lemoine, Patrick Cohen, Emilie Tran NGuyen, Pierre Lescure, Marion Ruggieri et Antoine Genton se retrouve dans le loft de "C à vous". Mais, nous vivons des semaines qui ne sont pas tout à fait anodines. Le siège de France Inter est situé à la Maison de Radio France. Ancien présentateur du journal de 19 heures sur France Inter, Patrice Bertin, ici en 2000, est parti à la retraite le 23 novembre. Le 8 décembre 1963 la station devient France Inter, à la suite du concours « Baptême RTF 64 ». RTL détrône France Inter en juillet, avec 5,8 millions d'auditeurs par jour, alors que France Inter en réunit 5,74 millions à la même époque. En mai 1968 la grève est votée à l'ORTF. La couverture était identique à celle du 162. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. De 2004 à 2014, il s'est transporté, en raison de travaux dans la « maison ronde », au 17/21 avenue du Général-Mangin dans le 16e arrondissement de Paris. Depuis plus de trente ans, la matinale de France Inter réserve son éditorial économique aux idées néolibérales. Et entre 1975 et le 31 décembre 1996 France Inter était diffusé par une partie des émetteurs du réseau TDF A ondes moyennes. France IV-Haute Fidélité devient RTF Haute Fidélité spécialisée dans la musique classique et contemporaine[4]. Les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent la très grande majorité du temps d’antenne. Le présentateur de “L’heure des pros”, dont les auditeurs connaissent trop bien les coups de sang, ne souhaite plus entendre Guillaume Meurice à l’antenne de France Inter. Ce logo subit de légères modifications en 2008. Enfants de diplomate ou de ministre, les figures de la matinale entretiennent une part d’entre-soi jusque dans le choix des mots employés[33]. France Inter était diffusée entre 1938 et le 31 décembre 2016 en grandes ondes sur 162 kHz (1 852 m) depuis l'émetteur d'Allouis avec 2 MWh (2000 kWh). Il permet aussi de télécharger quasiment toutes les émissions en podcasting, ou de les réécouter directement depuis le lecteur intégré. Créez un compte ou connectez vous pour participer, améliorer ou créer un article, une biographie (la vôtre ? Il a demandé le licenciement de l’humoriste de France Inter. Elle est également diffusée en direct dans tous les départements et collectivités d'outre-mer sur le deuxième réseau FM d'Outre-Mer 1ère. Ce développement est permis par la transformation de la RDF en Radiodiffusion télévision française (RTF) par le décret du 9 février 1949, en établissement public doté d'un budget autonome et qui bénéficie d'une redevance doublée sur les postes de radio. Laurence Bloch avait auparavant convoqué les producteurs de l’émission, leur déclarant que celle-ci « ressemble à un tract de la CGT. Le 1071 de Montpellier a été arrêté en 1992. De la complaisance des médias… avec eux-mêmes! Roland Dhordain, qui avait quitté la radio, revient et reprend son poste de directeur. Début avril 2015, alors qu'une grève a lieu à Radio France, la Cour des comptes publie un rapport pointant du doigt les conditions de travail « très favorables » des radios publiques concernant le volume de travail, les compléments de rémunération, les avantages en nature, des services en surnombre. Critique de la corrida par Frédéric Fromet, Directeurs d'antenne ou directeurs généraux, Présentation de la rédaction en avril 2019, Fréquences France Inter entre 1975 et 1996, « espace de liberté dans un monde contrôlé par l'idéologie libérale », « qu'une radio de service public [...] payée par tous les contribuables [...] soit constamment et délibérément la négation même du pluralisme sans lequel il n’est pas de démocratie », Le pictogramme historique qui représente la maison ronde reste sur le carré noir en fond, « il a été décidé que France Inter devait devenir la radio des intellos de gauche, puisqu'. Pour les intervenants les plus significatifs, voir : Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Cet auditorat correspond à la stratégie éditoriale de la station : pour Patrice Bertin qui en fut directeur de la rédaction, « il a été décidé que France Inter devait devenir la radio des intellos de gauche, puisqu'Europe 1 est à droite et RTL une radio populaire »[36]. Selon une étude Marianne-Ifop publié en 2012, l'auditorat de France Inter se situe dans une très large proportion à gauche de l'échiquier politique (72 %)[35]. Comme un bruit qui court est supprimé en 2019. La dernière modification de cette page a été faite le 2 octobre 2019 à 00:49. Le slogan de la station « France Inter, écoutez la différence » est alors parodié en « France Inter : écoutez l'indifférence »[21] voire « France Inter : écoutez la déférence ». Ce lundi 7 décembre, Pascal Praud a poussé un violent coup de gueule en direct sur Cnews contre Guillaume Meurice qui officie sur France Inter. Le 1er janvier 1975, France Inter devient une des chaînes de la société nationale de radiodiffusion Radio France, issue de l'éclatement de l'ORTF, Radio France conservant la dénomination des chaînes de radios utilisée par l’ORTF (France Inter, France Culture, France Musique, FIP) et créant à cette occasion RFI. Si elle toujours présente dans La bande originale sur France Inter, Leïla Kaddour enregistre à domicile. L'humoriste, s'estimant victime de censure, démissionne de France Inter[28],[29]. Bernard Lenoir, déjà évincé de la station en 1984, doit arrêter son émission de musique en juin 2011. Paris-inter est officiellement inauguré le 15 février 1947 par Wladimir Porché, Jean Vincent-Bréchignac, qui en devient le premier directeur, Jean Luc et Simon Coppans. Après l'éviction des humoristes Stéphane Guillon et Didier Porte[22] début 2010, une tranche quotidienne d'humour est finalement conservée sur l'antenne de France Inter à la rentrée de septembre 2010[23]. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies. Dans une déclaration adressée à l'AFP et citée par Le Figaro, Nicolas Demorand annonce qu'il cessera d'animer la matinale de France Inter à la rentrée prochaine. Le Prix de la BD Fnac est créé en 2013. En 1981, il quitte la présentation du JT pour diverses émissions culturelles sur Europe 1 et TF1, puis sur France Inter et FR3. France Inter a programmé, au cours de son histoire, plusieurs émissions emblématiques devenues mythiques par leur durée et leur popularité. ... Bio: Journaliste à @franceinter Présentateur de l'émission #AffairesSensibles du lundi au vendredi de 15h à 16h. Cette décision suscite les critiques de courants variés, de Politis, où Denis Sieffert déplore le « pluralisme menacé » par la disparition d'un « espace de liberté dans un monde contrôlé par l'idéologie libérale »[24], jusqu'à Boulevard Voltaire, où Dominique Jamet regrette « qu'une radio de service public [...] payée par tous les contribuables [...] soit constamment et délibérément la négation même du pluralisme sans lequel il n’est pas de démocratie »[25]. En août, 54 journalistes de l'ORTF, dont 23 de la rédaction radio, sont écartés. Yves … Un équipe de 35 journalistes qui traitent chaque jour l'information en direct et en lien avec les chaîne tv C’est un Pascal Praud très remonté que les téléspectateurs de «L’Heure des pros» ont découvert lundi. Inter-Variétés était diffusé entre 1963 et 1974 en ondes moyennes via le réseau TDF B et une partie du A. France Inter est aussi disponible sur la plupart des postes et agrégateurs de radio Internet en streaming. En tant que radio nationale publique, l'autorité de régulation lui a attribué la première fréquence de la bande FM à Paris, le 87,8 MHz. Lorsque l'actualité le nécessite, France Inter a recours à une programmation événementielle, laquelle n'est plus soumise à la grille. », Pour le journaliste David Garcia, auteur d'une enquête sur France Inter, cette dernière « est largement à l’abri du brassage des idées et des opinions contradictoires [...]. Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). La rédaction en chef est assurée par Anaïs Feuga, Estelle Schmidt, Mickaël Thebault, Lionel Thompson, Régis Lachaud, Stéphane Leneuf et Serge Martin. Le 1er avril 2001, le symbole de la maison de la radio est de retour et prend du relief. Cette dernière y diffuse dès le lendemain à 7 h 30 un nouveau programme composé des émissions du « Club d'Essai », dont l'émetteur de la rue de Grenelle est alors abandonné, et de disques avec une dominance de jazz. : Vif échange sur CNews autour des humoristes de France Inter, Décès de Jean Garretto, l'homme de Fip et de l'Oreille en coin, FAQ : Je voudrais écouter la radio par le satellite, Office de radiodiffusion-télévision française, Tour hertzienne de Chennevières-sur-Marne, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=France_Inter&oldid=178451234, Article manquant de références depuis mai 2019, Article manquant de références/Liste complète, Article avec une section vide ou incomplète, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, 1484 kHz (Grenoble, Montpellier, Perpignan) émetteurs locaux, 1493 kHz (Brest, Strasbourg, Marseille) émetteurs locaux, 1594 kHz (Nîmes, Toulon) émetteurs locaux, 1071 kHz (Lille, Brest ,Grenoble, Montpellier, Bastia), 1593 kHz (Nîmes, Toulon) émetteurs locaux, 1403 kHz (Rouen, Brest, Clermont-Ferrand, Nice, Montpellier, Pau, Bastia), 1484 kHz (Amiens, Caen, Colmar, Dijon, Poitiers) émetteurs locaux, 1493 kHz (Reims, Nantes, Bayonne, Ajaccio) émetteurs locaux, 1594 kHz (Saint-Quentin, Metz, Lorient, Mulhouse, Angers) émetteurs locaux. Après la nomination du nouveau directeur par Nicolas Sarkozy en 2010, Renaud Dély, directeur de la rédaction par intérim, tient à préciser que France Inter n'est « ni Radio Sarko ni Radio socialo ou Radio Besancenot »[34]. Pascal Praud n’a pas hésité à étriller Guillaume Meurice dans son émission L’Heure des pros , lundi, sur CNews . En 2014, Laurence Bloch, la nouvelle directrice de la station, annonce l’arrêt de l’émission de Daniel Mermet, « Là-bas si j’y suis », une émission de reportages « fortement ancrée à gauche » selon Les Inrocks, qu'il présentait depuis 1989[38]. Dès le 20 décembre 1963, le premier logo de France Inter représente une radio à transistor[32]. France Inter est une station de radio généraliste nationale publique française du groupe Radio France. Le logo actuel, imaginé par l’agence Leg, est mis en place en septembre 2005, et est constitué d'un carré noir, commun à l’ensemble des chaînes de Radio France, sur lequel se superpose un second carré rouge pour France Inter. Paris Présentateur des journaux de 13h et de 19h Journaliste reporter et présentateur Radio France juil. S. C. avec Benoît Daragon et Michaël Zoltobroda, La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio, service de liaison interministériel pour l’information, Observatoire national des cultures taurines, Office de radiodiffusion télévision française, départements et collectivités d'outre-mer, Les incroyables avantages des salariés de Radio France, Les journalistes de France Inter expriment leur colère contre Philippe Val, Jean-Luc Hees annonce le retrait de Stéphane Guillon de l'antenne de France Inter, « Daniel Mermet va voir ailleurs s’il y est ». 2012 1 mois. (adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({}); La pertinence de cette section est remise en cause. Ce canal est également utilisé pour la transmission d'un signal horaire en modulation de phase, émis en continu depuis l'émetteur d'Allouis au moyen d'une horloge atomique. Elle est dirigée depuis Janvier 2018 par Catherine Nayl secondée par Angélique Bouin, avec Danielle Messager et Marie-Christine Le Dû au secrétariat général[49]. ), une page entreprise... Cet article présente, de façon détaillée, la liste des animateurs et journalistes de France Inter, France Inter étant une station de radio généraliste nationale publique du groupe Radio France. Ce signal permet de synchroniser les horloges à distance[52]. En 1967, son nouveau logo prend les couleurs de l'époque. wiki "Liste des animateurs et journalistes de France Inter" est issu de Wikipedia, Edithistory:Liste des animateurs et journalistes de France Inter, https://everybodywiki.com/index.php?title=Liste_des_animateurs_et_journalistes_de_France_Inter&oldid=251690, Crédit d'auteurs vers une page inexistante, Reportages : Philippe Randé (chef), Béatrice Duguet (adjointe), Mathilde Dehimi, Delphine Evenou, Yann Gallic, Thibault Lefèvre, Julie Pietri et Sébastien Sabiron, Économie-Social : Fabien Cazeaux (chef), Laurent Kramer (adjoint), Sonia Bourhan, Claire Chaudière, Maxime Debs, Hélène Fily, Philippe Lefebvre, Manuel Ruffez et Delphine Simon, Police-Justice : Jean-Philippe Deniau (chef), Corinne Audouin (adjointe), Sara Ghibaudo, Emmanuel Leclère Sophie Parmentier et Charlotte Piret, Société : Danielle Messager (cheffe), Hélène Chevallier (adjointe), Sophie Bécherel, Sandy Dauphin, Nathalie Fontrel, Véronique Julia, Culture : Corinne Pélissier (cheffe), Jacqueline Pétroz (adjointe), Alexandra Ackoun, Eva Bettan, Stéphane Capron, Matthieu Culleron, Ilana Moryoussef, Isabel Pasquier, Rédaction numérique : Stéphane Jourdain (rédacteur en chef), Valeria Emanuele (cheffe de service), Olivier Bénis (adjoint), Julien Baldacchino, Marion Bernard, Valérie Cantié, Lorélie Carrive, Ouafia Kheniche, Christine Simeone, Jean Amadou (1973-1990), chansonnier, animateur du, Jean Claude Ameisen, chroniqueur scientifique, animateur-producteur de, Frédéric Beigbeder (2016-2018), animateur et chroniqueur, Patrice Blanc-Francard (1970-1981), animateur, producteur, Jean-Claude Bourret (1967-1972), journaliste, Pierre Bouteiller (1969-1981, puis 1982-1999), journaliste, animateur, directeur, Noëlle Bréham (depuis 1983), journaliste, animatrice, Clara Candiani (1947-1981), journaliste, productrice de, Antoine de Caunes (depuis 2017), animateur, Jacques Chancel (1968-1990), journaliste, producteur, Denis Cheissoux, journaliste, producteur, animateur de, Pascale Clark (1995-2016, avec des interruptions), journaliste, animatrice, Patrick Cohen (2007-2008 / 2010-2017), journaliste, Philippe Collin et Xavier Mauduit (depuis 2005), chroniqueurs et animateurs, Gérard Courchelle (1982-2014), journaliste, Alain Decaux et André Castelot, producteurs de, Nicolas Demorand (2006-2010, puis depuis 2014), journaliste, Jean-Pierre Elkabbach (1974-1977), journaliste, François Foucart (1970-2000), journaliste, chroniqueur judiciaire et informateur religieux, Guillaume Gallienne (2009-2020), narrateur dans son émission, Jean Garretto et Pierre Codou, producteurs, Josée Gorce (1967-1995), productrice de l'émission le jeu des mille euros, Lucien Jeunesse (1965-1995), animateur du, Hélène Jouan (1999-2017), successivement chef du service politique, directrice de la rédaction, directrice des magazines d'information, animatrice des soirées électorales, puis animatrice du, Gérard Klein (1965-1968, puis 1980-1982), animateur, Roger Lanzac (jusqu'en 1965), présentateur du, Ivan Levaï (depuis 1963 jusqu'en 2014, avec plusieurs départs et retours), journaliste, Daniel Mermet (1977-2014), journaliste et producteur, notamment de, Stéphane Paoli (1999-2016), journaliste, rédacteur en chef et producteur des matinales, Patrick Poivre d'Arvor (1971-1974), journaliste, Jacques Pradel (1976-1986), journaliste, animateur, Laurent Ruquier (1991-1999), producteur et présentateur de, Saint-Granier, chroniqueur jusque dans les années 1960, Charline Vanhoenacker, journaliste, animatrice (depuis 2012), Jacques Vendroux, journaliste sportif (depuis 1969), Claude Villers (1971-2004), animateur, entré comme assistant de José Arthur, Hélène Roussel, journaliste et chroniqueuse, Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé «.