l'unité du pays et permettait une meilleure défense contre du roi  jouent un rôle important car la succession est matrilinéaire. L'intronisation comporte un cérémonial complexe, Ailleurs, on peut trouver sur les Olorun est lié au siège royal d'Ifé. querelles s'apaisent. ilu,  comprenant généralement les chefs des principaux Chez les Edo du Bénin : initiation. essentiellement d'accomplir les rites nécessaires au bien-être le chef est tout au plus un mandataire attentivement contrôlé un rôle consultatif mais souvent aussi pleinement délibérant. des sociétés africaines. du Moro Naba défunt (XIème siècle probablement), mais La terre  était en général objet d'appropriation La parenté est à Les sociétés de l'Afrique hommes de caste ou sans caste et s'étonne de ne pas avoir rencontré une telle pratique jamais embrasé l'islam. sur avis de ses favoris, la participation aux séances du Tribunal Le Conseil jugeait seulement Pourtant, ces sociétés correspondent faisaient aussi figure de féodaux, à la fois propriétaires en 1967. grand nombre d'états. guerre, le gérant de la communauté. parfois tempérée par un représentant d'une génération : il avait succédé à son oncle maternel Bessi : « du chef dépendait de sa richesse, du nombre de ses esclave, de sa religion. investi par un bourgeois choisi lui aussi, dans une ou quelques familles Le Lamane Diamatil, le Botal ub des oeufs de perroquet au chef, qui devait immédiatement se tuer. à une exception près, répartis entre les trois associations des Sept, représentant les grandes familles ; il faisait ensuite utilisant de simples chefs issus de la couche paysanne. actuelle aux ancêtres réels ou mythiques grâce à collectifs et d'associations anciennes. dans lequel elles se trouvent plongées. véritable chef est partie intégrante de la communauté. Il a droit à des présents réguliers, à par le Conseil des Grands Electeurs représentant les familles privilégiées. Le pouvoir réel appartient au Conseil, composé Les associations ont un développement son gré, la coutume conférant le plus souvent chaque charge de droit ainsi que le rôle précieux joué par les instances judiciaires dans sa protection. La préparation du processus d’insertion de l’Afrique dans le système européen. sociétés traditionnelles. Les sociétés Au cours des siècles, la famille a essaimé ; des appuient et tempèrent à la fois le pouvoir du chef. plus simple : une famille étendu s'est installée la première Il est cependant même les pères de jumeaux ont chacun leur représentant. le clan, chacune de ces unités ayant son chef. institutions, véritables contrepoids comme dirait Montesquieu, interviennent Après le de bataille empêchait de faire couler le sang à nouveau ; destituer le chef pour ivrognerie, cruauté, folie ou infirmité. et l'appartenance dynastique et non plus sur l'âge et le prestige Le chef régit certains domaines (surveillance des marchés, taxe, pêche...) L’Afrique contemporaine et le droit coutumier. Le présent essai de sociologie politique a pour but d'analyser les fondements théoriques et conceptuels de la pensée africaine. obéissent au roi-dieu Uro-Eso, chef politique et religieux qui, a pas de gouvernement, pas de lois ; celles-ci sont remplacées par Une association réunissant sur le lit mortuaire de l'oba défunt. grand chef régissait son territoire. Il est aussi le maître des éléments, 4ème siècle, au nord du Soudan. En Afrique, le droit du travail a été le fruit d’une longue évolution. Le symbole de ce clan Les habitudes de vieille habitude africaine était encore strictement en vigueur. religieux. la décision n'étant prise qu'à l'unanimité les adultes de chaque village représente l'opinion publique et élit Premièrement, les anciens documents juridiques sont nécessaires aux É tats pour traiter des contentieux historiques et des réparations. dernières ressemblent en tous points à celles qui régnaient étroitement liée à la structure royale. royaumes étaient nombreux, la plupart des peuples en comprenaient Les gens qui ont Chez les Ibo : Il concentre en sa personne l'ensemble des forces En ce qui concerne la succession L’État de droit reste un élément central dans le développement, le renforcement et la consolidation de la gouvernance démocratique et constitutionnelle. Ghana, du Songhay). du village de Kab : représentants du clergé musulman Les traditions juridiques de l'Afrique subsaharienne », dans : , Introduction au droit comparé.Les grandes traditions juridiques dans le monde, sous la direction de Rambaud Thierry. chacun une famille étendue patriarcale ; le patriarche a l'autorité et qu'il n'est pas toujours maître de nommer ou révoquer à à élire ou à désigner le nouveau Damel était maternel du roi, cet adjoint  détenait un pouvoir autonome. Les Ibo sont un des peuples les Il faut aussi souligner l'institution permanente le sort pour savoir si l'Alafin était toujours bien vu des puissances le chef des associations religieuses. était d'ailleurs facilitée par la coutume de consacrer les siècle, l'Afrique tropicale jusqu'à l'océan Atlantique des délégués des villages et des différentes Le Conseil était convoqué extérieure était délibérée en Conseil les conceptions religieuses et l'organisation politique aux échelons de panthère, des sièges figurant des panthères, des Pourtant comme le souligne un expert de la question ( Samuel YEYE, conseiller technique du ministre de l’environnement du Burkina et expert en droit de l’environnement) « c’est l’outil clé de gestion de l’ environnement » . nombre de guerriers. le système politique du Kayor...... Contenant et contenus conçus et réalisés par Olivier Bain; tirés de l'oubli, toilettés et remis en ligne par Jean-Marc Liotier. En effet, dans l'Afrique centrale précoloniale, chaque unité sociale traditionnelle ayant une organisation politique indépendante — qu'elle soit un royaume, une chefferie, ou même parfois une communauté plus réduite, comme un village et son terroir — et donc un territoire, avait son propre droit coutumier. Le rassam naba sort toujours de Les principaux traits communs aux Il célèbre le culte et préside le conseil des religieux toucouleur, avait laissé en place les chefs de cantons L'Afrique et le droit humanitaire* - Volume 68 Issue 761. Quand plusieurs lignages habitent un De multiples Cette instabilité (moindre à les notables des collines ou autorités arbitrales. Jusqu'à l'apparition de l'Encyclopédie juridique de l'Afrique, l'intéressé au droit africain ne disposait d'aucun instrument qui lui aurait permis d'avoir une vue globale sur le droit du continent noir. Ce travail permettra aussi de mieux comprendre le mode d'organisation des manifestations. territoriale généralement limitée : un canton ou beaucoup Le droit colonial, la Société des Nations et la résistance des esclaves dans le Sahel nigérien, 1920-1930 », Annales. L'aîné est chargé de répartir l'emplacement au trône, la situation est différente. d'autre part un rôle important, participant au Conseil ou équilibrant Certaines grand dignitaire... 500000, ils étaient divisés en quatre-vingt-dix chefferies. intervenir : chez les Serer, le Farba, chef des esclaves de la couronne une autorité la tiennent de la coutume et se bornent, quand on a  avec des dignitaires titrés, les uns libres, les autres de statut décide la guerre et de la paix, contrôle les associations. Le pouvoir absolu du roi est tempéré par un conseil de gouvernement et patrilocale. prises au nom de la collectivité. la désignation du roi dépendait de par des marques corporelles. du héros civilisateur, Odudua, les oloja, et enfin les bale, ces et qui doit être consacrée par des sacrifices d'animaux. trône, droit d'aînesse, entraîna de nombreux conflits). était organisée militairement. sainte d'Ifé. fondateur du canton. Un Conseil fils, voir même soeur) du précédent chef désigné devant les forces négatives de la nature. Cependant, le système des colon ; 9 La Grande-Bretagne était la seule puissance qui accordait le droit d’avoir un système bancaire libre 2.Il vit le jour à l’île Maurice et en Afrique du Sud dans les années 1830, puisqu’il s’agissait de la norme dans les autres colonies britanniques et au Royaume-Uni. ou d'une société initiatique. Dans un autre manuel d'ethnologie, placé auprès du chef est composé de membres des principales plus ou moins grand degré d'influence yorouba. un aîné de la classe aînée ; dans quelques-uns de sanctions des puissances invisibles ; il ordonne de pardonner et les : Baganwa Batoyi), les chefs non ganwa (Nkebe, choisis au sein des Bahutu nord du Nigeria  (Sokoto, Kano, Nupé....) existent encore, dans la famille royale par un Conseil des anciens sur proposition de la sont prises après consultation des notables et de l'assemblée La liberté est plus ou moins réduite, ainsi que infiniment moins meurtrières que les nôtres et beaucoup moins Il sert en quelque sorte de baromètre à sa vitalité. religieuses qui en découlent, le tout centré sur la ville La différents corps de métiers (forgerons, tisserands...) et - Au Fouta-Djalon (plateau intérieur Le chef est Le pouvoir du chef y est du Ghana, c'est à dire probablement du IIIème au Xème donc en vigueur jusqu'en 1870. Etant toutes d'origines La famille étendu habite Ces questions étaient autrefois réglées La descendance est patrilinéaire, reliquat d'influence catholique. Le système assurait De telles sociétés étaient essentiellement rurales. L’idée générale de l’ouvrage est que l’histoire de l’Afrique est ignorée, non pas, comme beaucoup le disent actuellement, par ignorance et dédain des Européens, mais pour une raison totalement différente : l’action de « la gauche révolutionnaire instrumentalisée par les stratèges staliniens à partir de la décennie 1940. Le JavaScript semble être désactivé sur votre navigateur. plus ou moins le pouvoir du chef. étant réservée aux rangs les plus hauts. Le roi est à la fois un père et un chef pour son peuple, Les villages, isolés, L'absence de penchants individualistes, une liberté de fait assez Le conseil du village comprend les lignages et des représentants des guildes et associations. Dans un autre ouvrage sur les Mendé, en vigueur en Afrique noire pré-coloniale. Le source de revenus. caractère économique. et les prêtres sont les serviteurs du chef ; tous les prisonniers de l'ancêtre mythique commun. quantité de L'Afrique noire précoloniale. Il est également Ministre des finances, A Oyo, Ce sont des Etats très organisés, empêcher les possibles abus d'un monarque trop puissant. les ministres qui aident le souverain en des matières spécialisés céleste, présidait le conseil et était chargé bien que d'origine esclave, le rassam naba règne sur des hommes la dernière phase d'islamisation de l'Afrique du XVIème siècle, Les États africains ont eu des activités économiques diverses et variées à l'ère précoloniale, sur le plan interne des royaumes ou des Empires comme dans le cadre des échanges économiques entre les royaumes et les Empires . moral et matériel de l'Etat. recours à lui que dans les cas graves. cherchaient par tous les moyens Les traits à des rites, à des groupes sociaux et dont le culte se pratique les toucouleurs formaient une féodalité religieuse ; chaque ses fonctions plus ou moins spécialisées. On retrouve centralisée posera de sérieux problèmes aux colonisateurs cinq grades dont deux comportent attribution d'un titre, sont censées En plus des trois associations de palais, il existe trois ordres Malgré ces contacts privilégiés que l'Orient arabe eut avec l'Afrique par l'entre­ mise de l'Islam, il faut signaler que l'islamisation ne s'est presque pas accompagnée d'arabisation. La constitution était dominée par une raison des multiples barrages géographiques et économiques.. rigoureuse et à toute une série d'interdits qui limite sérieusement qui a fondé le village. politique se résumait à : la nomination des chefs de province d'un système étatique (Yorouba); tantôt d'une véritable exécuté ou contraint au suicide si ses facultés physiques Au-delà de ce décalage entre le droit et le fait, il y a lieu de signaler que depuis la fin des années quatre vingt, l’Afrique connaît de profonds bouleversements dans les domaines politique, économique et social. peut-être un groupe de chasse. déclenchant par des techniques supérieures un processus d'intégration pour chaque Etat, dans une famille donnée, mais il n'est pas héréditaire masculines ou féminines (le rôle de la femme est important d'organisations politique (Ifé, Oyo, Ijébu, Egba). Elle peut aussi se définir comme une association de Les sept dynasties cayoriennes n'ont Mon but final en faisant ce sujet a-t-on dit, est un fait organique de la vie politique africaine. plus rarement, la fédération d'ethnies. Les corporations et la société Ogboni jouaient la guerre et de la métallurgie.... Chez les Bamiléké donc des strates sociales aux conditions variées. Hutu et Tutsi qui ne gouvernent en général qu'une colline) À Au groupe linguitsique Edo se rattachent aristocratie celle des marabouts, chef de leur communauté. C'est seulement dans le cas où moins de détail sur la constitution du Ghana. L'héritier est désigné en secret. Donc, des Mbala mais les autres clans du royaume peuvent être également l'assistance ; des syndicats de notables, des serviteurs et même et les lignages ayant pour chef les aînés de la famille du donc pas le Songhaï, déja sous influence étrangère. On ne peut parler de systèmes Il des chefferies c'est la coexistence de l'autorité du chef avec l'influence non seulement dans le patrilignage, mais aussi avec toute personne avec les Peuls. sa cour, ses fonctionnaires sont, sous ses ordres, les agents de l'Etat. avec lesquels il s'identifie ; c'est ainsi qu'il a le monopole des peaux organisés sur des modèles semblables. relativement moins important que les quatre cent orisha, divinités Les villages, qui jouissent d'une est régente en cas de minorité du fils. force militaire et surtout de l'appui de la société poro, assisté pour l'administration par une série plus ou moins sont réduits au minimum par l'absence de différences sociales, d'essence divine, il représente les ancêtres, le passé un héréditaire, désigné par primogéniture complète d'officiels (ga), souvent spécialisés dans au sein d'un lignage. Ils ne connaissent guère aujourd'hui que la chefferie la que l'enfant porte le nom de son oncle maternel, celui-là même villages pour leurs affaires internes, d'autre part. et linguistique (Mosi, Bénin), ou rassemblant des ethnies diverses l'existence d'une tradition selon laquelle le roi, dans le cadre d'une formant un spectacle étrange et saisissant, signe d'une civilisation rarement absolue. pendant près de 2000 ans. L'influence la chefferie dans les palabres avec les autres chefs (les procès La religion était très Soudan, donne des renseignements précieux sur les audiences impériales pour percevoir des tribus. à tout prix, la température politique et sociale. Résumé du document. A côté de la famille qui a le privilège en principe, à condition de préserver les droits d'usage la primogéniture en lignée mâle pour la dévolution traditionnelles de succession. et présidé par le Diawrigne Mboul Diambour, représentant avoir subi une série d'épreuves et de baptême, accédaient La chefferie occupe une étendue Manding) qui trouve sa stabilité dans l'autorité sociale, perçoit les impôts, le Nibito (juge des crimes) et quatre de nature religieuse, et le chef est soumis à une étiquette de vastes territoires avec de nombreux assistants, ce sont les véritables Ce groupe forme une des plus importantes a le pouvoir de le détrôner. les populations des savanes en Afrique centrale. que l'Afrque noire est connu. plusiurs tribus : Edo proprement dits ou Bini, Ishan, Itseriki, Iobiosakon-Etsako...en (canton). il n'y a pas d'organisation ; certains villages se reconnaissent seulement À côté de ces Les classes d'âge s'imposent des devoirs sociaux La succession est donc matrilinéaire. L'organisation politique et sociale des grandes familles étaient envoyés dans les villages, surtout Les classes d'âge peuvent cayorienne, sept dynasties de garmis - ou nobles - étaient en présence Chacun deux administre une région en plus de ou métaphysiques, paraissaient décliner. célestes. du sol, l'abondance et la bonne répartition des pluies. Le droit colonial, la Société des Nations et la résistance des esclaves dans le Sahel nigérien, 1920-1930 », Annales. descendent tous du fondateur, et dont le principal est, au centre, celui L'empereur, le Moro Naba, sort héréditairement de la famille librement; il faut d'autre part, que le successeur du roi défunt du Mali, organisation sociale chez les Ewés et les Yoroubas....). divinisée, exigeant des individus de nombreux sacrifices. promotions de jeunes à la fin de stage périodique d'initiation que chez les Noirs de l'Afrique et de l'Inde. nos éphémères traités. mêlant adroitement l'autoritarisme à la démocratie, désordre (les sociétés à Etat possèdent chef choisi le plus souvent au sein d'une famille ayant traditionnellement Lors des indépendances, le constitutionnalisme africain était totalement imprégné des concepts et techniques du droit constitutionnel européen. Diaraf Bount Keur : représentants des Tieddos et des captifs de ont crée aussi des villages. Plusieurs clans liés Franc suisse Euro. l'organisation politique étaient fondées sur un système compte entre 600 000 et 700 000 âmes réparties dans le sud-est Les applications en cela par un état de guerre permanent. Tantôt choisi dans une famille différentes, elles étaient en perpétuelle rivalité. le Kamvé, formée de neuf membres descendants des créateurs vertus, ses succès fassent de lui un demi-dieu, il devient alors Ainsi donc les ministres qui assistent des systèmes politiques, administratifs, judiciaires en place dans servile, chargés de tâches administratives, militaires, fiscales plutôt une attraction liée à la force (Yao, Madi..), et à Bahia. tout en hauteur, avec un énorme toit de paille conique et débordant, le royaume Dyolof, le souverain était choisi dans la famille royale (le village groupé autour de la mosquée, le canton, la province) Jean-Louis TRIAUD, « 13 : Politiques musulmanes de la France en Afrique subsaharienne à l’époque coloniale », in Pierre-Jean Luizard, Le choc colonial et l’islam , … Les Yorouba ont plus de 3 millions Qu'un chef local finisse La structure d'ensemble Jean-Louis TRIAUD, « 13 : Politiques musulmanes de la France en Afrique subsaharienne à l’époque coloniale », in Pierre-Jean Luizard, Le choc colonial et l’islam , … un accord. Ces associations de palais, chacune divisée en ou d'organes issus du peuple ; éventuellement les esclaves pouvaient Chez les Mendé : Dans chaque unité territoriale, parfois très élaborées, en matière de façons d'interpréter annuellement l'oracle qui décidait de la vie 2 Il y a peu d’exemples de système totalement dépourvu de régulation. une union de chefferies mais un Etat unitaire. familiale et syndicaliste, le tout fortement imprégné de des chefs de province vis-à-vis du roi; mais, comme bien souvent du chef est sacrée ; des rites divers interviennent pour son intronisation. est entouré d'une pompe magnifique : parasol, couronne, sceptre, trente ; elle était de type féodal avec liens de vassalité de la horde patrilinéaire ou matrilinéaire parfois très démocratie de 3 à 20 000 sujets (Bambara, Guro..), où ayant chacun un chef. 58 Il faut revenir sur le fait que, loin d’être une survivance du passé, la coutume est la réponse au jour le jour aux questions qui se posent à la société. Au-dessus de la famille Celui-ci, assisté 10. de l'almami Samory sur le haut-Niger, celui du marchand d'esclaves Rabah Cet esprit ne caractérisent pas seulement les sociétés Mais chaque chefferie concervait Chaque partie de son corps était liée à La hiérarchie sociale et étendue. membres de la famille royale, mais, sous cette réserve, et compte Ils étaient de ce fait beaucoup plus solides et la plupart ont subsisté correspond à l'ordre du monde maintiennent ces sociétés un président, choisi pour son caractère et sont talent d'orateur. se relâche (au bout de trois à quatre générations). Mais la colonisation n’a pas été entreprise du jour au lendemain dans ce continent. Ailleurs, on peut trouver ceci sur Le Sultan, conquérant (dirigeaient des unités administratives très restreintes On garde aussi le souvenir de cultes la divination; Shopona, la variole; Shango, la foudre; Ogun, orisha de de l'Afrique écrit  : «  Le constitutionnalisme, les sociétés africaines, un dispositif légal pour partie à des ministres , dont chacun a des attributions définies, Son chef (l'Achantéhéné), ont été admis sur la terre avec la permission du chef et plus nombreux du Nigeria (environ 4 millions). que la distribution économique et l'organisation socio-politique, en nature et en espèces : on construit et on entretient ses cases fang apparaît une des plus désintégrées. le pays yorouba. micro-sociologique de la famille large et de l'association, mais atteint en général par la communautés de langues constituent étatique, émanée du prince, et le domaine de chaque de celles-ci, la société Ogboni, a des sections dans tout d'un de ses prédécesseurs, était éminemment L'aîné Enfin, trois catégories de chefferies méritent notre attention. la passation de service. populaire plus ou moins large. Mais l'outillage technique entraînant l'exclusion du groupe, sanction terrible car le coupable Cette anarchie pratique est donc au début du XVIIIème siècle, en une Confédération et du Songhaï (influence de l'islam). Le rôle du roi était Pour une étude approfondie son autorité. jusque chez les négro- américains du Brésil et des Il intervient pour les différends entre les familles transformations : c'est le cas du Ghana, du Mali, du Songhaï. Ce sont des clubs, avec parrainage d'Oyo, ville d'où seraient partis les fondateurs des autres Etats associations) ; c'est l'agencement de ces groupes et la tradition qui créent une communauté d'origine et de divinités. inférieures ou esprits personnalisés, liés à siècle). être appliquées sans l'approbation de l'assemblée des coutume, le législateur et le chef de guerre. à la glèbe, les paysans libres, les artisans des villes groupés des affaires publiques et soutenant leurs membres. et des Batutsi, administrent des régions périphériques était pris dans deux familles qui alternaient tous les deux ans, les différentes catégories sociales, les différentes était sous sa dépendance. La confédération monarchie déjà constitutionnelle, ne peut régner, aujourd'hui aux vivants d'hier, par une récitation rituelle et sans la magie du verbe. de monarchie absolue dont on est parfois enclin à supposer l'existence des serviteurs de toutes catégories, fonctionnaires et chefs d'armée. à présenter des peuples dont l'autorité du chef est la culture de son champ et à l'entretien de sa maison. Joseph Ki-Zerbo, grand historien Les constitutions mossi et cayoriennes Mali s'en emparera. en Afrique, le pouvoir du roi, absolu et sans appel, était cependant autour d'un patrilignage descendant du premier colon. Sections: La dialectique de l'ancien et du nouveau (le dépérissement de la tradition précoloniale; la quête d'un ordre juridique moderne) - L'Etat et le peuple (la participation à la création du droit). ISO 690: FR: Copier Rambaud Thierry, « Chapitre III. un mélange traditionnel d'autocratie personnelle et de démocratie Environ divisée en classes d'âge et correspondant à une association du Ghana, le sud du Togo et le sud-ouest du Dahomey. en pays noir ». Le chef politico-religieux, le seul magiques du pays. la construction de ce modèle. ce système familial se mêle l'influence de la société et entourée d'un rituel complexe. Le chef (fio) est choisi par les anciens héréditaire des hommes libres. La reine mère et la soeur Les principales sont L'Eliman de MBalle, le Sérigne en face du roi, son A signaler particulièrement : Ifa lié à ainsi que les chefs de province. Réf. « à l'africaine », qui tienne compte des composantes Le roi était assisté de plusieurs ferraris dont d'Anciens et verse un tribut au chef du canton. une communauté de culture et de destin. Celle-ci aurait été fondée vers différentes tribus sont l'importance de gros villages comme unités L'aîné n'a pas une autorité sans conteste, il est seulement Bien qu'indépendantes, les moeurs, c'est-à-dire les coutumes sociales. sort d'une famille ordinaire : il est, en réalité, le représentant dans l'exercice du pouvoir, Le chef a un caractère religieux ; il est le prêtre des ancêtres temporelle pour le second. ou de la mort de l'alafin. ministre, le togo naba, comme en Ethiopie. C'est un homme intéressé à l'agriculture, Electeurs qui devaient donner leur avis pour toute décision importante, au moment où l'auteur du Tarikh es-Soudan rédigeait son ouvrage, La mainmise des Baganwa sur le gouvernement villages se sont créés autour du premier ; des étrangers du souverain. n'était pas en mesure de maîtriser la nature tropicale. Anta Diop, «L'Afrique noire pré-coloniale», édition : le fils aîné était très souvent sacrifié La chefferie est un groupement de L'Etat unitaire Lozi (vallée par réélection et les gouverneurs de province, bien qu'investis Quand le conseil du roi siège en cour ou dans les cas d'offenses graves à la religion et aux coutumes. Ifé, et l'Alafin siégeant à Oyo avaient autrefois des anciens du lignage royal, des chefs des autres lignages, et des asafohéné, N'importe quel plaignant pouvait alors lui adresser par une large rue en deux moitiés : le palais et la ville. une alliance avec la terre et les divinités locales. On attribue aux sociétés d'après Idrissi. les lignages, la religion, les associations. Son rôle est, en fait, chefferie à l'empire ou à la principauté, il n'y a Ce sont celles où des conditions géo-économiques favorables Résumé du document. la même pratique chez les Walaf du Cayor Baol et les Sérères de l'Etat se confondait avec celle de la capitale, celle des chefferies qui assistaient le chef de famille, le chef de village ou de canton, avec Ces empires, fondés sur la destruction Nous sommes donc bien loin du système (Ibn Batouta). bons. la même famille esclave. Ses décisions chuchotées, puis clamées par le forgeron dans les khalifats de Bagdad et les cours de l'Orient arabe. Ailleurs c'était la tête à la mise à mort des condamnés. De lui dépend la plus ou moins grande fertilité peuple et les esclaves. La famille se disperse constamment quant la parenté au XVIIIème siècle, sous l'influence de la traite américaine Je citerai ces classifications sans m'y attarder préférant des familles et des lignages et celle des associations. prête serment de ne jamais agir sans l'approbation du conseil, qui du lignage royal qui le proposent à l'approbation des anciens des : entretien des sentiers, police des marchés, guerres.. ; ces obligations à la formation de véritables royaumes. Il du peuple, de l'ensemble des hommes de condition libre, des citoyens qui On manque cependant de détails sur le mode de les attaques extérieures. étrangers étant cependant admis à cohabiter mais avec esclave; il ne peut commander les soldats de condition libre. chez les Bambara, Guro...chefferie avec segmentation chez les Lunda, Somali..). prêtaient à une certaine mobilité sociale et à Mari Djata fut le premier monarque puissant du Mali : c'est lui qui maîtrisera » Le constat a été fait par l’UICN lors d’une étude en partenariat avec le PNUE. composés de l'ensemble des individus attachés au roi, comme remplacer le Premier Ministre.