Les États-Unis imposent, en outre, un droit d'intervention en cas de troubles et la cession de deux bases navales ; en échange, les produits cubains – le sucre, en particulier – bénéficient de privilèges douaniers aux États-Unis. Les objectifs de Cuba à partir de 1989 ont été : Malgré la globalisation néolibérale, dans le cas de Cuba le consensus des citoyens autour des valeurs, des objectifs et des stratégies de développement économique et social a été présent dès les premiers jours de la révolution et sa continuité a été maintenue malgré les changements introduits en politique et même dans les structures économiques et sociales[113]. Le gouvernement américain a autorisé la mise en vente aux États-Unis de deux vaccins élaborés à Cuba, devenu un grand exportateur de médicaments génériques[120]. Plus d'un million de personnes auraient participé à ce débat, parmi lesquelles le sociologue cubain Aurelio Alonso, sous-directeur de la revue Casa de las Americas, qui a dénoncé « un système trop étatisé, trop bureaucratisé, avec un niveau de participation populaire trop limité dans la prise de décisions »[152]. Continuer à réduire la vulnérabilité aux facteurs économiques extérieurs. Découverte en 1492 par Christophe Colomb, Cuba est conquise entre 1511 et 1513 par Diego Velázquez. Ces accusations de torture sont fermement démenties par les autorités cubaines. Selon les autorités cubaines, des millions de citoyens auraient participé aux manifestations de soutien à cet amendement[143],[144]. Ce projet, appuyé par Jimmy Carter, porte le nom de projet Varela. Lors de la révolte des esclaves menée en 1810 par José Antonio Aponte, le nombre d'esclaves a déjà fortement augmenté[11]. Le pacte a aussi des répercussions politiques, puisqu’il engendre l’apparition des premiers partis politiques. Dans les années 1830, l'inventeur et pharmacien français Jean-François Derosne a développé un système pour convertir le jus de canne en sucre cristallisé: les évaporateurs à vide basés sur la machine à vapeur[15], adoptés par les plus grands planteurs cubains[6], prêt pour l'exportation vers les marchés américains et européens. Selon Le Livre noir du communisme, 7 000 personnes périssent en tentant de fuir l'île pendant l'été parce que les hélicoptères de l'armée cubaine auraient jeté des sacs de sable sur les embarcations pour les couler[137]. Atténuer les impacts sociaux de la crise économique sur la population ; Préserver le travail de la révolution et les accomplissements du socialisme cubain ; Diversifier les relations extérieures de Cuba ; Maintenir la croissance et le développement de branches particulières de l'économie: Conserver la force du système politique ; Renforcer l'attention principale sur la santé ; Donner la priorité à la politique environnementale comme composant de base de la stratégie de développement ; Diversifier les formes de propriété et de management tout en allouant des espaces pour le capital étranger et les opérations de marché dans l'économie domestique. Si la suppression de l'embargo est pour le moment écartée, l'assouplissement de certaines restrictions – dans les secteurs de l'agriculture, de la santé et des énergies renouvelables notamment – ainsi qu'une meilleure coordination dans la lutte contre le trafic de drogue et l'émigration clandestine y sont ainsi préconisés, en vue de l'instauration progressive d'un climat de confiance entre les deux pays. Le commerce avec les États-Unis domine l'économie cubaine pendant la première moitié du XXe siècle, permettant au gouvernement américain d'asseoir son influence politique sur l'île. Le commandement général était situé dans la province de l'Oriente; il était placé sous la conduite de Fidel Castro[45]. Le traité de Paris du 10 décembre, met fin au conflit, et marque la fin de l'occupation espagnole. Un an plus tard, le Parti uni de la révolution socialiste (PURS) est constitué à partir des ORI. Une immigration haïtienne se développe, encouragée par des entrepreneurs avides de main d'œuvre encore moins coûteuse. Fidel Castro est alors élu président de la République par l'Assemblée nationale. Le sucre affiche une production pour la première fois supérieure à celle du café en 1846. Il a cependant réussi à montrer qu'il y avait une forte arrière-garde pour soutenir la lutte armée[45]. Cuba - Cuba - Cultural life: Cuban culture has undergone a major transformation since the revolution, and the government has come to play a leading role in it. Le 31 juillet 2006, Fidel Castro délègue temporairement ses pouvoirs à son frère Raúl, après avoir été hospitalisé pour une opération de l'intestin. Une loi interdisant la ségrégation raciale est votée, en effet celle-ci était encore de rigueur, les noirs et les mulâtres seront les supporters les plus fervents du nouveau régime communiste. The Oficina del Historiador de la Ciudad de La Habana was set up in the 1930's by the first City Historian, Emilio Roig de Leuchsenring. Le Venezuela d'Hugo Chávez constitue, à bien des égards, le plus fidèle allié de Cuba. Miguel Mariano Gómez proteste et souligne que cette décision revient à abdiquer face à l'influence du pouvoir militaire. Bien que la véritable cause fut inconnue, le gouvernement américain prit prétexte de l'incident et accusa l'Espagne de l'avoir torpillé. Tome II. Le gouvernement place l'éducation et la santé publique parmi ses priorités. Dans les jours qui suivent, la Chambre des représentants adopte un texte autorisant désormais la vente de produits alimentaires et de médicaments à Cuba sous certaines conditions. Cependant, Cuba continue d'apporter un soutien actif aux gouvernemenst caribéens et sud-américains qui s'engagent dans la voie socialiste (Guyana, Nicaragua, Grenade) ainsi qu'à la guérilla du Salvador, ce qui provoque une forte tension avec les États-Unis de Ronald Reagan. Dans les années 1980, en raison de la conjoncture internationale, Cuba doit diminuer de moitié les importations en provenance des pays occidentaux. Le premier congrès du PCC, en décembre 1975, puis l'adoption d'une Constitution socialiste, en février 1976, complètent l'organisation institutionnelle du régime, dont la radicalisation se poursuit. Title. Notamment, la FMC, Fédération des femmes cubaines, jouerait un rôle très important dans la mise en place de l'égalité entre hommes et femmes[59],[60]. En janvier 1966, la Havane accueille la première conférence de la Tricontinentale de solidarité anti-impérialiste[91]. En novembre 1990, le régime déclare l'entrée du pays en « période spéciale » et décrète le rationnement de tous les produits. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Je suis certain que cela sera mon véritable destin »[52]. N'est-ce pas curieux ? La mort de Fidel Castro, le 25 novembre 2016, signe la fin d’une époque mais intervient à un moment critique pour Cuba, alors que l’élection du républicain Donald Trump à la présidence des États-Unis fait planer de nouvelles incertitudes sur l’évolution des relations américano-cubaines. Début de la première guerre d'indépendance. Celle-ci souhaite se placer dans la lignée de la conférence de Bandung de 1955. José Martí, écrivain et patriote, fonde le Parti révolutionnaire cubain en 1891 avec les futurs généraux, Máximo Gómez et Antonio Maceo. En juin 1961, « année de l'éducation »[47], l'enseignement devient entièrement nationalisé et gratuit. L'Ouest de Cuba, et particulièrement la région de La Havane connaissent un niveau de vie qui rappelle celui des États-Unis d'Amérique. Les petites entreprises privées reçoivent davantage de marge de manœuvre, et les « marchés libres paysans » sont de nouveau ouverts en octobre 1994[106]. Dans un premier temps, les restrictions sur les voyages et les transferts d'argent des Cubano-Américains vers leur pays d'origine sont ainsi levées avant la réouverture des discussions sur l'immigration et l'envoi direct de courrier. Diego Velázquez de Cuéllar et ses hommes — parmi lesquels Hernán Cortés — se lancent dans la conquête et le pillage du territoire. Le Parti communiste n'est pas autorisé à désigner des candidats (voir Politique à Cuba). Il écrit dans ses mémoires que ses prises de position lui valent d’être menacé de mort s'il remet les pieds sur le campus par des éléments de la FEU (Fédération estudiantine universitaire) qui soutiennent le gouvernement Grau[41]. Histoire physique, politique et naturelle de l'ile de Cuba . Déjà, dans les années 1960, des mesures d'encadrement social et politique avaient accompagné le durcissement du régime (en 1968, nationalisation du commerce privé ; en 1969, livret de travail obligatoire ; en 1971, lois antiparesse, centres de rééducation pour les absentéistes et les « éléments antisociaux », entraînement militaire obligatoire dans les écoles, etc.). By. Cet état de fait perdure jusqu'en 1959, lorsque le dictateur Fulgencio Batista est renversé par les révolutionnaires, dont le principal chef est Fidel Castro. Castro et le reste du corps expéditionnaire trouvent refuge dans les montagnes de la sierra Maestra, soit une vingtaine d'hommes dont Ernesto Che Guevara, grièvement blessé. Deux ans plus tard, en août 2005, la Cour d'appel d'Atlanta annule le procès, et en exige un nouveau[134]. Les États-Unis hésitent sur la politique à suivre. Les quatre cinquièmes des Cubains se réfugient aux États-Unis[90]. Pour en savoir plus, voir les articles Antilles, canne à sucre, histoire de l'Espagne, La Havane, José Martí. L’histoire de Cuba n'est connue de façon assez précise qu'à partir du début de la colonisation espagnole. Les dirigeants historiques du régime, qu’ils soient politiques – comme le n°2 J. R. Machado Ventura – ou militaires, sont reconduits pour la plupart dans leurs fonctions au sein d’un Bureau politique resserré. Malgré la gravité de la situation économique et sociale, le gouvernement castriste durcit sa ligne politique. La dernière modification de cette page a été faite le 4 janvier 2021 à 14:47. L'ouverture à La Havane, le 3 septembre 1979, du sixième sommet des non-alignés est pour Castro un incontestable succès personnel. L'orientation communiste du régime s'accélère alors, aboutissant, en décembre 1961, à la proclamation par Fidel Castro du caractère socialiste de la révolution. En juin 2004, les États-Unis annoncent des restrictions limitant la fréquence des venues sur l'île des Cubains exilés aux États-Unis ; les autorités cubaines répliquent par le retrait de la devise américaine (introduite en 1993). Ce document explique sa pensée et contient la majorité des actions qui seront conduites par la révolution cubaine[46]. Fidel Castro riposte en faisant amender la Constitution, pour garantir le caractère « intouchable » du « régime économique, politique et social consacré par la Constitution ». nécessaire]. Au XXe siècle, Cuba sera le premier exportateur mondial de sucre. Fidel Castro fustige la politique américaine qui obligerait selon lui les émigrants cubain à tenter la traversée, poussés par la difficulté d'obtenir des visas (d'après lui à cause de refus de la part de l'administration américaine), et par la loi qui permet à tout émigrant posant le pied aux États-Unis d'y rester[139]. La défense a dénoncé de nombreuses violations des lois et de la Constitution américaine, tant dans le traitement des accusés que dans la tenue du procès. Neto envoie alors ses troupes envahir le Katanga, province du Zaïre. Les grèves se multiplient, les manifestations sociales tournent à l'émeute et sont réprimées souvent dans le sang. Sur le plan intérieur, le régime castriste n'annonce cependant aucune inflexion de sa ligne politique traditionnelle. Batista choisit la fuite. Selon les chiffres fournis par Cuba, sept personnes sont mortes, 500 000 logements ont été détruits, et les pertes s'élèvent à dix milliards de dollars[159]. Le pouvoir cubain rapporte que, en janvier 2006, la Section des intérêts nord-américains à Cuba (SINA), créée en 1977 lors de la tentative de normalisation des relations entre les deux pays, installe sur ses locaux à La Havane un panneau lumineux qui diffuse jour et nuit des messages hostiles au gouvernement cubain tels que « De nombreuses Cubaines décentes ne peuvent vivre décemment qu’en faisant des choses indécentes. Ce système social de type colonial se distingue du féodalisme européen par sa production orientée vers l’approvisionnement du centre du système mondial (l’Europe occidentale, via l’Espagne) et reposant sur l’encomienda, soit une division du travail selon un critère de race. Selon un témoignage recueilli par Ernesto Cardenal, ce serait Fidel Castro lui-même qui aurait décidé de la fermeture des camps, après s'être rendu compte des crimes qui y étaient commis[100]. Sur le plan institutionnel, une « loi fondamentale » remplace la Constitution de 1940. Cette mesure crée des inégalités entre ceux qui ont accès à ces devises (particulièrement les cubains qui travaillent dans le tourisme) et ceux qui n'en possèdent pas[114]. Le tourisme, permettant à Cuba de recevoir des devises étrangères, reste encouragé. La crise de 1929, qui touche durement l'économie sucrière et accroît le mécontentement, se termine par la chute du gouvernement, en partie renversé par l'armée cubaine et le sergent Fulgencio Batista. Les autorités cubaines reçoivent alors des agents du FBI pour leur réclamer l'arrestation des terroristes, et leur fournir les dossiers concernés[130]. Le tabac, dont l'Espagne se réserve le monopole, et les plantes tinctoriales sont les premières productions. Mais le Congrès américain impose l'amendement Platt, aux termes duquel Cuba doit soumettre tout accord diplomatique et militaire à l'autorisation de Washington. Rapidement, ce sont plus de 800 hommes qui rejoignent Fidel Castro dans la Sierra Maestra. L’histoire de Cuba est divisée en quatre étapes principales : la communauté primitive ou l’époque précolombienne (1492-1898) qui comprend depuis l’arrivée de Colon jusqu’aux luttes pour l’Independence nationale. L'amendement Platt complète ce dispositif jusqu'en 1933. Durant la première année de la révolution, Che Guevara est nommé Commandant de la forteresse de la Cabaña, et près de 600 partisans supposés du régime de Batista sont exécutés[63],[64]. Toutefois, un système de câble souterrain serait actuellement en chantier pour permettre à Cuba de se connecter à Internet à travers le Venezuela[154]. La liberté d'édition est également limitée. Ici comme ailleurs, la conquête produit un effondrement rapide de la population indienne. L'économie de plantation se développe très tôt. C’était une période avec beaucoup de confusions, une nation révolutionnaire était en train de se créer en même temps que des attaques de terrorisme d’État dont le peuple cubain était l’objet : c’était très difficile. L'Assemblée nationale a donc décidé de rejeter la proposition d'Oswaldo Payá Sardiñas. Une exception à l'embargo fut faite par la mise en place le 6 novembre 1965 d'un pont aérien entre les deux pays, permettant aux Cubains qui le souhaitaient de quitter l'île. Il s'engage dans la politique estudiantine et il est nommé délégué de classe. L'Union soviétique profite alors de la confrontation entre Cuba et les États-Unis pour s'introduire dans la région des Caraïbes, longtemps domaine réservé de l'influence américaine : une aide massive en armes, matériel, conseillers et techniciens est fournie à Cuba, ce qui ne fait que conforter les Américains dans leur politique agressive. Devenu général, Fulgencio Batista domine, à partir de 1933, la vie politique de Cuba. La volonté de rupture avec le passé se prolonge par le lancement, la même année, d'une vaste réforme agraire (suivie d'une seconde en 1963) et la nationalisation des entreprises industrielles et commerciales du pays. Puis le pays est soumis à la dictature du général Gerardo Machado (1925-1933). Castro explique avoir été durant cette période un « révolutionnaire professionnel… J'ai consacré tout mon temps à la révolution »[42]. La particularité de Cuba est également dans son architecture hispano-coloniale où les locaux et les… Les failles de vulnérabilité aux facteurs étrangers dans l'économie cubaine ont été réduites, ce qui a augmenté ses capacités d'. Il y a jusqu'à 50 000 hommes en permanence, et 300 000 soldats cubains[95] auront été présents sur le terrain en treize ans. Juanita Castro, la sœur de Fidel Castro, indiquera à ce dernier l'arrestation, la condamnation et l'exécution d'innocents, les ordres venant essentiellement de Che Guevara depuis son quartier général de La Cabaña[65]. Dans l'état actuel de nos connaissances, elle ne commence réellement qu'avec l'arrivée, le 27 octobre 1492, de Christophe Colomb, qui aperçoit l'île de Cuba et y débarque lors de son premier voyage et la revendique au nom de l'Espagne. Les élections de 1936 portent à la présidence Miguel Mariano Gómez (1936). Le colonel Carlos Mendieta lui succède. Les Grandes Dates de l’Histoire de Cuba. En moins d’un demi-siècle, un Cubain sur huit choisit donc de quitter l’île et de tourner le dos à la Révolution castriste. Histoire de Cuba Cuba fut découverte par Christophe Colomb le 28 octobre 1492, lors de son premier voyage vers ce qu'il croyait être l'empire du grand Khan. Ici comme ailleurs, la conquête produit un effondrement rapide de la population indienne. Les États-Unis, menaçant de déclencher une guerre, procèdent au blocus naval de l'île. Les échelles d'inégalité sociale sont plus grandes maintenant que dans les années 1990, mais beaucoup moins grandes que celles d'autres pays. Malgré des soulèvements noirs (province d'Oriente en 1812), des conspirations créoles et des tentatives américaines pour racheter l'île, la présence espagnole ne sera pas sérieusement mise en cause avant 1868. La Centrale des travailleurs de Cuba, syndicat né en 1939, place à sa tête des proches de Fidel Castro, à l'occasion de son dixième Congrès en 1959. La plupart des importations agroalimentaires à Cuba viennent des États-Unis[119]. », « il s'agit de faire valoir le principe socialiste de redistribution qui dit : à chacun selon sa capacité, à chacun selon son travail. En 1508, Juan de la Cosa effectue les relevés cartographiques de l'île, tandis que Sebastián de Ocampo est le premier Européen à en faire le tour complet confirmant que Cuba était bien une île[2]. Cette décision fait l'objet de critiques de la part de l'ancien président Jimmy Carter, qui, effectuant en mai 2002 une visite historique dans l'île communiste, appelle en faveur de la levée de l'embargo et apporte son soutien au projet Varela, une pétition initiée par des membres de la dissidence réclamant un référendum sur les libertés civiles. Pourtant, en juin 1989, un procès retentissant ébranle les dirigeants du régime. Cependant, le principe général du Comecon étant fondé sur la spécialisation régionale ou nationale de la production, la politique économique ne fait que renforcer la dépendance de Cuba vis-à-vis de la production sucrière. Les UMAP sont supprimées 18 mois plus tard, en 1967, à la suite de pressions internes et internationales.