Scriabine Complete Etudes

Piano

Rassemblées en plusieurs recueils, les Etudes de Scriabine jalonnent toute sa vie et témoignent autant de son rapport technique au clavier que de l’évolution de son langage harmonique, depuis les influences de Chopin jusqu’à l’atonalisme. Contemporaine des dernières Etudes, la 7e de ses dix sonates, dénommée « Messe blanche », écrite en 1912, est un sommet de toute son œuvre, regardant loin en avant vers l’univers sonore du 20e siècle.

MIR218

Consulter la Tracklist
Disque 1
  • 1 Etude en ut dièse mineur opus 2 n°1 3'15
  • Douze Etudes opus 8
  • 2 Etude n°1 en do dièse majeur, Allegro 1'38
  • 3 Etude n°2 en fa dièse mineur, A cappricio, con forza 1'33
  • 4 Etude n°3 en si mineur, Tempestoso 1'57
  • 5 Etude n°4 en si majeur, Piacevole 1'33
  • 6 Etude n°5 en mi majeur, Brioso 2'56
  • 7 Etude n°6 en la majeur, Con Grazia 2'00
  • 8 Etude n°7 en si bémol majeur, Presto tenebroso 1'54
  • 9 Etude n°8 en la bémol majeur, Lento 3'44
  • 10 Etude n°9 en sol dièse mineur, Alla ballata 4'45
  • 11 Etude n°10 en ré bémol majeur, Allegro 1'59
  • 12 Etude n°11 en si bémol mineur, Andante cantabile 4'49
  • 13 Etude n°12 en ré dièse mineur, Patetico 2'05
  • Huit Etudes opus 42
  • 14 Etude n°1 en ré bémol majeur, Presto 1'58
  • 15 Etude n°2 en fa dièse mineur 1'01
  • 16 Etude n°3 en fa dièse majeur, Prestissimo 1'04
  • 17 Etude n°4 en fa dièse majeur, Andante 2'46
  • 18 Etude n°5 en ut dièse mineur, Affanato 3'02
  • 19 Etude n°6 en ré bémol majeur, Esaltato 1'45
  • 20 Etude n°7 en fa mineur, Agitato 1'03
  • 21 Etude n°8 en mi bémol majeur, Allegro 2'44
  • 22 Etude opus 49 n°1 0'32
  • 23 Etude opus 56 n°4 0'28
  • Etudes opus 65
  • 24 Etude n°1, Allegro fantastico 3'36
  • 25 Etude n°2, Allegretto 2'06
  • 26 Etude n°3, Molto vivac 1'46
  • 27 Sonate n°7 opus 64 «Messe Blanche» 12'48
Total 70'47
Albums du même artiste
Albums du même compositeur
Presse

" Le risque inhérent à toute intégrale est de lasser l'auditeur. Ici, ce n'est nullement le cas, Korobeinikov ne faisant preuve d'aucun maniérisme, passant d'un climat à un autre, y compris dans la même étude comme la si prodigieuse pièce en si bémol majeur op.8. Quelles que soient abordées, le pianiste ne sacriie jamais le chant, y compris dans les partitions les plus denses. Un remarquable volume."

Classica - 09/2014