Purcell - Fantazias

Musique baroque

MIR012

 

Musique pour violes

C'est une musique des ténèbres, une musique d'une subtilité sublime. Elle est éclairée à la chandelle et veinée comme du bois, foncièrement intime.

 

 

 

 

 

Consulter la Tracklist
Disque 1
  • 1 Fantasia “3 parts upon a ground" 4'43
  • 2 Pavan à 4 “Here begineth ye 3 part Fantazia’s” 4'58
  • 3 Fantazia 1 (Quick) 2'49
  • 4 Fantazia 2 (Brisk.Slow) 3'35
  • 5 Fantazia 3 (Brisk) “Here begineth ye 4 part Fantazia’s” 2'42
  • 6 Fantazia 4 June ye 10.1680 (Slow.Brisk) 3'54
  • 7 Fantazia 5 June ye 11.1680 3'29
  • 8 Fantazia 6 June ye 14.1680 (Slow.Quick.Slow) 3'49
  • 9 Fantazia 7 June ye 19.1680 4'17
  • 10 Fantazia 8 June ye 19/22.1680 (Brisk.Slow) 3'50
  • 11 Fantazia 9 June ye 23: 80 (Quick) 3'23
  • 12 Fantazia 10 June ye 30. 80 (Slow, Quick) 3'44
  • 13 Fantazia 11 August ye 18. 80 (Drag, Brisk) 3'17
  • 14 Fantazia 12 August ye 31: 1680 “Here Begineth ye 5 Part: Fantazies” 3'31
  • 15 Fantazia upon one note (Slow) “Here Begineth ye 6,7 & 8 part Fantazia’s” 2'57
  • 16 In nomine à 6 2'09
  • 17 In nomine à 7 3'38
Total 60'45
Albums du même artiste
Albums du même compositeur
Presse

« Pierlot donne de la plus grande importance à l’authenticité de son jeu. Il souligne en particulier la force méditative émanant des morceaux. Ce regard méditatif tournée vers l’intérieur de l’âme, image importante de la mélancolie, alors si à la mode, est célébré ici avec dévotion. Bon goût et élégance imprègnent également les morceaux de danse joyeuse comme le 'Fantasia', que l’on entend au début du CD. La légèreté avec laquelle chaque instrument crée  un dialogue sur le motif rebondissant, est toujours entrecoupée par des passages de réflexion. Un point culminant absolu est aussi le «Fantazia 4 Juin", dont la sombre partie principale est merveilleusement contrasté avec un finale rapide. Les neuf musiciens du Consort montrent que ces œuvres rarement joués en concert sont des belles miniatures ravissantes qui vous invitent à la détente et à la réflexion. » Dr. Christiane Bayer

Klassik.com, 28.01.2007

« Remettant sur le métier un ouvrage avec lequel il a dû vivre sinon au quotidien, du moins éperdument au cours de langues années d’un lent et très fécond apprivoisement, il nous en livre aujourd’hui à la fois la quintessence et l’incandescence. Attention : musique fragile. On n’en connaît pourtant guère d’aussi forte. » Didier Chatelle

Espaces de Libertés, Avril 2007

« Splendide. » Ivan A. Alexandre

DIAPASON, Janvier 2007