J.S. Bach - Tombeau de Sa Majesté la Reine de Pologne

Musique vocale - Musique baroque

MIR030

Katharine Fuge, soprano & Carlos Mena, alto

Jan Kobow, ténor & Stephan McLeod, basse

Francis Jacob, orgue

 

 

Missa à 4 Voci. 2 Travers. 2 Violini, Viola e Cont BWV 234

Praeludium in Organo pleno, pedal BWV 544

Tombeau de S.M. la Reine de Pologne BWV 198

Herzlich tut mich verlangen à 2 claviers et pédale BWV 727

Pars 2da Nach gehaltener TrauerRede

Fuga BWV 544

 

 

Consulter la Tracklist
Disque 1
  • Missa à 4 Voci. 2 Travers. 2 Violini, Viola e Cont BWV 234
  • 1 Kyrie 2’43
  • 2 Christe Lente e piano 1’44
  • 3 Kyrie Vivace 1'24
  • 4 Gloria Vivace-adagio e piano-Vivace e forte-adagio e piano Vivace e forte-adagio e piano-Vivace e forte-adagio 5'28
  • 5 Domine Deus Andante 5'52
  • 6 Qui tollis 6'16
  • 7 Quoniam 3'41
  • 8 Cum Sancto Spiritu Grave-Vivace 3'03
  • 9 Praeludium in Organo pleno, pedal BWV 544 6'51
  • Tombeau de Sa Majesté la Reine de Pologne BWV 198
  • 10 Chorus : Laß, Fürstin, laß noch einen Strahl 5'28
  • 11 Recit : Dein Sachsen, dein bestürztes Meißen 1'18
  • 12 Aria : Verstummt, verstummt, ihr holden Saiten! 3'19
  • 13 Recit : Der Glocken bebendes Getön 0'58
  • 14 Aria : Wie starb die Heldin so vergnügt! 6'56
  • 15 Recit : Ihr Leben ließ die Kunst zu sterben 1'02
  • 16 Chorus : An dir, du Fürbild großer Frauen 1'56
  • 17 Herzlich tut mich verlangen à 2 claviers et pédale BWV 727 2'33
  • Pars 2da Nach gehaltener TrauerRede
  • 18 Aria : Der Ewigkeit saphirnes Haus 3'56
  • 19 Recit : Was Wunder ist’s ? Du bist es wert 2'32
  • 20 Chorus ultimus post 2am Partem : Doch Köningin du stirbest nicht! 4'59
  • 21 Fuga BWV 544 6'07
Total 78'06
Albums du même artiste
Albums du même compositeur
Presse

« L’interprétation et de la Messe et du Tombeau  est tout bonnement magnifique, Philippe Pierlot ayant choisi l’optique désormais assez courante de ne faire chanter les parties chorales que par des solistes : un par voix ; c’est tout et ça suffit. Les quatre artistes remplissent parfaitement leur rôle, aussi bien dans les chœurs que dans les arie, impeccablement soutenus par les musiciens du Ricercar Consort. Ça joue et chante juste, les tempi et nuances sont idéaux, c’est intelligent, ça sonne et c’est bien enregistré. Bref : c’est beau et c’est pour l’instant le plus beau disque de musique sacrée de Bach qu’il nous ait été donné d’écouter cette année. Critique subjective ? Peut-être ; mais écoutez donc ce disque et on en reparlera… » Frédéric Platzer

Resmusica, Juin 2007

« L’orchestre belge est époustouflant, cordes somptueuses menées par l’excellent Luis Ottavio Santos, plans sonores parfaitement construits, élans généreux, phrasées des ventes à la fois larges et prononcés dans l’air pour ténor. Discours et séduction. (…) C’est pour Carlos Mena que ce disque est indispensable, pour le grand air avec violes de la Trauerode, sorte d’appendice à l’inoubliable récital « De Aeternitate » (Mirare, 2001). Un ange passe, chante la morte et le courage, l’éternité promise et les douleurs passées. » Gaëtan Naulleau

DIAPASON, Septembre 2007

« On entre dans la Trauerode, puis, à chaque nouvelle pièce, on plonge dans une qualité toujours croissante, jusqu’à attendre un niveau que l’on ne tiendrait pas pour possible. Tout semble, dès le début, être exprimé jusqu’à son paroxysme… Jusqu’à ce que survienne l’augmentation suivante, et ainsi de suite…

Cet enregistrement pourrait bien être le meilleur enregistrement de tous les temps de l’œuvre vocale de Bach ; il catapulte en un clin d’œil Philippe Pierlot au rang de l’interprète majeur des cantates de Bach. »

Toccata – Alte Musik Aktuell, Septembre - Octobre 2007