Jean-Sébastien Bach - Variations Goldberg

Piano

MIR048

 

Consulter la Tracklist
Disque 1
  • 1 Aria 3’17
  • 2 Variation 1 1'25
  • 3 Variation 2 1'17
  • 4 Variation 3 1’22
  • 5 Variation 4 0’51
  • 6 Variation 5 1’02
  • 7 Variation 6 1’10
  • 8 Variation 7 1’37
  • 9 Variation 8 1’21
  • 10 Variation 9 1’23
  • 11 Variation 10 1’16
  • 12 Variation 11 1’29
  • 13 Variation 12 1'37
  • 14 Variation 13 3'44
  • 15 Variation 14 1’34
  • 16 Variation 15 3'32
  • 17 Variation 16 1’33
  • 18 Variation 17 1’16
  • 19 Variation 18 1’17
  • 20 Variation 19 1’12
  • 21 Variation 20 1’20
  • 22 Variation 21 2’19
  • 23 Variation 22 1’25
  • 24 Variation 23 1’29
  • 25 Variation 24 1’52
  • 26 Variation 25 6’43
  • 27 Variation 26 1’32
  • 28 Variation 27 1’15
  • 29 Variation 28 1’53
  • 30 Variation 29 1’31
  • 31 Variation 30 1’49
  • 32 Aria 3’35
Total 59'58
Albums du même artiste
Albums du même compositeur
Presse

«  Il faut écouter son extraordinaire interprétation des Variations Goldberg, datée de 1990 et rééditée par Mirare, pour l’entrevoir : force et douceur, temps de réflexion et temps du rêve, virtuosité souveraine pour communier avec l’œuvre la plus accomplie et la plus étrange de toute la littérature pianistique. »

Le Figaro, le 15 décembre 2007

« Cette interprétation des Variations Goldberg, qui date de 17 ans, est de celles qui échappent à toute analyse. Aucune volonté d’originalité ici, pas de maniérisme, la pianiste s’efface derrière le texte… Avec clarté, sans lourder et des tempos souvent alertes, elle offre une image lumineuse de cette œuvre. L’humilité de cette artiste force le respect. » Bertrand Boissard

Pianiste, Janvier-Février 2008

« C'est dans la paix et la sérénité que Zhu Xiao-Mei aborde les Goldberg [...]. Avec un sens du chant déjà affirmé dans la belle Aria [... et] que l'on retrouve dès la première variation et dans bien d'autres (Var. 7, 15, 21 ou 25). La sobriété de son jeu et la limpidité de son toucher, avec une main gauche toujours présente et prompte à tisser sa propre mélodie, exploite les possibilités de couleurs offertes par le piano, sans jamais à imiter le clavecin. On passera vite sur une fugitive dureté dans l'attaque des Variations 12 et 29 [...] n'entachant pas l'ensemble de la réalisation [...], sensible et intelligente. » Adélaïde de Place

DIAPASON n° 464