De Aeternitate

Musique vocale - Musique baroque

MIR9911

Carlos Mena, contre-ténor

RIcercar Consort

Phillipe Pierlot, direction et viole

 

   

Aristote écrivait déjà que rien n'était plus puissant que le rythme et le chant pour imiter aussi réellement que possible tous les émois de l'âme. D'un pays à l'autre, les compositeurs baroques ont voulu traiter du néant et de l'Eternité en explorant les tréfonds de leur coeur et ont perpétué le symbolisme de procédés musicaux universels pour varier les impressions des auditeurs et illustrer la douleur, la détresse, l'affliction...

Consulter la Tracklist
Disque 1
  • 1 Johann Christoph Bach (1642-1703) - Lamento "Ach dass ich Wasser g'nug hätte" 7'01
  • 2 Christoph Bernhard (1628-1692) - "Was betrübst du dich" 4'49
  • 3 Christian Geist (c.1640-c.1711) - "Es war aber an der Stätte, da er gekreuzigt ward. O Traurigkeit, o Herzeleid" 10'31
  • 4 Johann Michael Bach (1648-1694) - "Ach wie sehnlich wart' ich der Zeit" 5'22
  • 5 Johann Adam Reincken (1623-1722) - Sonata 5'50
  • 6 Nicolaus Hasse (c.1617-1672) - "Von der Ewigkeit" 6'00
  • 7 Johann Fischer (1646-c.1717) - "Klag-Gedicht" 6'37
  • 8 Christian Geist (c.1640-c.1711) - "Vater unser, der du bist im Himmel" 7'02
  • 9 Christian Spahn - "Letzte Sterbensworte" 7'49
  • 10 Melchior Hoffmann (c.1685-1715) - "Schlage doch" 5'17
Total 66'18
Albums du même artiste
Albums du même compositeur
Presse

«  Carlos Mena, avec un des plus beaux timbres de contre-ténor qui soient, est difficile à oublier. Le Ricercar Consort apporte un soutien instrumental aussi sobre qu’intense. La prise du son rehausse l’éclat troublant de ce diamant noir par des teintes profondes. Un vrai disque. »

Le Monde de la Musique

« Ce que l’on quête dans la musique sacrée, ce pouvoir pénétrant et mystérieux qui touche notre humanité, l’interprétation du contre-ténor espagnol Carlos Mena nous le fait vivre. La symbiose voix et instruments est idéale, le résultat est parfait. Qu’exiger de plus ? Les œuvres frémissent et resplendissent à la fois, respirent l’émotion la plus essentielle qui soit, le Verbe. Un disque poignant. »

Répertoire

« Par sa seule présence, Mena fait rayonner le texte et refuse le pathos. Irrépressible. Aveuglant. »

Diapason d'or de l'année 2002