Via Crucis

Musique vocale - Piano

MIR167

Jean-Claude Pennetier, piano

Vox Clamantis

Jaan-Eik Tulve, direction

Via crucis présente sans doute une des oeuvres les plus originelles et les plus audacieuses de Franz Liszt. L’inspiration musicale qui va du chant grégorien aux chorals luthériens est traduite ici dans les harmonies les plus modernes, annonçant déjà la révolution atonale. Le programme du disque est complété par les compositions religieuses pour piano du Liszt Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen et le Pater Noster du recueil Harmonies poétiques et religieuses et les chants grégoriens provenant de la liturgie de la Semaine sainte, une des sources d’inspiration majeures pour la Via crucis de Liszt.

    

Consulter la Tracklist
Disque 1
  • 1 Franz Liszt - Pater noster, extrait des "Harmonies poétiques et religieuses" 3'13
  • 2 Franz Liszt - Graduel grégorien "Christus factus est" 3'33
  • 3 Franz Liszt - Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen S.179 16'38
  • 4 Franz Liszt - Hymne grégorienne "Vexilla regis" 3'47
  • 5 Via Crucis - Vexilla regis 4'19
  • 7 Via Crucis - Station I Jesus wird zum Tode verdammt 2'23
  • 7 Via Crucis - Station II Jesus trägt sein Kreuz 2'23
  • 8 Via Crucis - Station III Jesus fällt zum ersten Mal 1'29
  • 9 Via Crucis - Station IV Jesus begegnet Seiner heiligen Mutter 2'23
  • 10 Via Crucis - Station V Simon von Kryene hilft Jesus das Kreuz tragen 3'10
  • 11 Via Crucis - Station VI Sancta Veronica 2'40
  • 12 Via Crucis - Station VII Jesus fällt zum zweiten Mal 1'29
  • 13 Via Crucis - Station VIII Die Frauen von Jerusalem 3'05
  • 14 Via Crucis - Station IX Jesus fällt zum dritten Mal 1'29
  • 15 Via Crucis - Station X Jesus wird entkleidet 1'35
  • 16 Via Crucis - Station XI Jesus wird ans Kreuz geschlagen 0'47
  • 17 Via Crucis - Station XII Jesus stirbt am Kreuze 8'48
  • 18 Via Crucis - Station XIII Jesus wird vom Kreuz genommen 3'49
  • 19 Via Crucis - Station XIV Jesus wird ins Grab gelegt 5'12
Total 72'12
Albums du même artiste
Albums du même compositeur
Presse

« Œuvre tardive de Liszt le religieux, ce chemin de croix pour clavier et voix bouleverse les repères harmoniques. Et touche l'âme au plus profond. (...) Ce chemin de croix est à la croisée de tous les chemins: harmoniques (grégorien et chromatisme wagnérien), religieux (hymne catholique et choral luthérien), linguistiques (latin, allemand, araméen). Oratorio sans arias, passion sans récitant, cette Via Crucis a pourtant son évangéliste, qui s'exprime sans parole : le piano. De ce clavier au chant nu, aux accords dépouillés qui anticipent les audaces du siècle suivant, Liszt fait jaillir la souffrance et la tendresse, la détresse et l'espoir. Jean-Claude Pennetier joue de ce registre compassionnel en prophète magistral. Aujourd'hui septuagénaire, le pianiste français déborde plus que jamais de cette imagination juvénile qui lui fait colorer toute modulation, habiter le moindre silence, vibrer de ferveur chaque accent. Familier du répertoire religieux, le choeur de chambre estonien Vox Clamantis témoigne d'une pureté franciscaine jumelle. » Gilles Macassar

TELERAMA, Avril 2013

« Les treize chanteurs venus de l4estonie apportent leur lumière à l’étrange déambulation lisztienne, le piano de Pennetier sa grave majesté. L’œuvre austère et fragile devient une expérience mystique.

Le salut de la Via Crucis de Liszt nous viendrait-il des terres baltes ? (…) Si on préfère y entendre l’éclat et la résonance du piano, celui de Jean-Claude Pennetier trace un chemin très engageant dans la lumière de l’ensemble estonien Vox Clamantis, enregistré à treize voix dans le cadre idéalement dépouillé du temple de Lourmarin. L’étrange déambulation lisztienne, du plain-chant jusqu’aux frontières de la modernité en passant par Bach et Palestrina, y trouve une unité que bien de lectures ignorent. Peut-être parce que le piano de Pennetier a une présence, une autorité, un rayonnement qui donnent à sa partie ascétique autant de poids que les interventions du chœur. (…) Ainsi amenée, l’expérience intime et singulière du Via crucis gagne autant en force qu’en mystère. » Benoît Fauchet

DIAPASON, Juin 2013