Brahms - Liebeslieder-Walzer & Dix Danses Hongroises

Piano

MIR134

Voici un disque qui prône la confidence, le partage, les instants de simplicité et les plaisirs de la musique.
Tandis que les valses d’amour, magnifiques et mélancoliques, témoignent des rengaines entêtantes d’espoir, les danses hongroises capturent les vagabondages, les envolées lyriques, l’énergie rythmique du folklore hongrois. La musique pour piano à quatre mains est l’expression même de l’amitié. Sous les doigts des deux grands complices que sont Brigitte Engerer et Boris Berezovsky, ces valses raffinées et ces danses aux couleurs populaires sont esquissées tendrement, avec poésie, en alternant sérieux et léger, et témoignent de l’expression profonde de rêverie du compositeur vers l’amour, l’amitié, les sensations de l’instant

Consulter la Tracklist
Disque 1
  • Liebeslieder-Walzer pour piano à quatre mains opus 52a
  • 1 In Ländler-Tempo (mi majeur) 1'06
  • 2 (la mineur) 0'40
  • 3 (si bémol majeur) 1'13
  • 4 (fa majeur) 0'42
  • 5 (la mineur) 1'37
  • 6 Grazioso (la majeur) 2'25
  • 7 (ut mineur) 1'13
  • 8 (la bémol majeur) 1'14
  • 9 (mi majeur) 1'57
  • 10 (sol majeur) 0'36
  • 11 (ut mineur) 0'49
  • 12 (ut mineur) 0'43
  • 13 (la bémol majeur) 0'38
  • 14 (mi bémol majeur) 1'03
  • 15 (la bémol majeur) 0'53
  • 16 Lebhaft (fa mineur) 1'13
  • 17 Mit Ausdruck (ré bémol majeur) 1'37
  • 18 Lebhaft (si bémol mineur) 2'09
  • Dix Danses hongroises version pour quatre mains
  • 19 Danse hongroise n°1 en sol mineur 2'48
  • 20 Danse hongroise n°2 en ré mineur 3'01
  • 21 Danse hongroise n°4 en fa mineur 4'09
  • 22 Danse hongroise n°5 en fa dièse mineur 2'03
  • 23 Danse hongroise n°6 en ré bémol majeur 2'59
  • 24 Danse hongroise n°8 en la mineur 2'40
  • 25 Danse hongroise n°11 en ré mineur 3'01
  • 26 Danse hongroise n°16 en fa mineur 2'18
  • 27 Danse hongroise n°17 en fa dièse mineur 2'59
  • 28 Danse hongroise n°21 en mi mineur 2'34
Total 50'20
Albums du même artiste
Albums du même compositeur
Presse

C’est vraiment du côté des Danses hongroises dans sa version pour quatre mains que le couple franco-russe s’épanouit vraiment. Bien sûr, le répertoire est léger, entraînant et facile d’accès – donc séduisant de prime d’abord. Mais la raison n’est pas là. Elle est plutôt du côté plaisir, de l’envie et de la joie qui accompagnent les deux pianistes, complices comme deux potaches en train de faire une bonne plaisanterie. Ils dansent et s’amusent sur le clavier, ne se prennent jamais véritablement au sérieux et semblent tellement heureux de jouer ce répertoire ensemble que cette joie en devient communicative : nous voilà avec un sourire au coin des lèvres, le pied battant la mesure… Arnaud Drillon

Classica, Novembre 2011

Origines slaves et passion de la France d’un côté, ascendance française et âme russe de l’autre, Boris Berezovsky et Brigitte Engerer continuent de dérouler le fil de leur amitié complice laquelle vient de culminer dans ce sublime disque dédié à Brahms.

14 septembre 2011, FigaroScope